Sélection de la langue

Recherche

Le Panama aime vraiment l'odeur des arbres de Noël canadiens

Décembre 2017

L'ACIA mène un programme clé de gestion de la qualité d'exportations de la Nouvelle-Écosse et du Québec

Alors que bon nombre d'entre nous sont affairés aux préparatifs des Fêtes, Sandra Risser et certains de ses collègues de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) ont déjà senti les premières odeurs de Noël en août.

Pour Sandra Risser, et ses collègues inspecteurs du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse (N.-É.), Noël commence avec l'odeur des sapins baumiers et un programme d'inspection unique destiné à sécuriser l'exportation de milliers d'arbres de Noël au Panama.

« J'imagine, que dans un certain sens, la saison de Noël commence en août lorsque nous nous rendons faire l'inspection d'avant saison des plantations de sapins et examiner les pièges à spongieuse », dit l'agent Risser, qui avec d'autres inspecteurs participent à un programme de gestion de la qualité dans l'industrie des arbres de Noël, programme auquel participent uniquement la N.-É. et le Québec au Canada.

« Nous intervenons pour nous assurer que des phytoravageurs ne s'immiscent pas dans les arbres de Noël expédiés au Panama ».

Panama : un marché intéressant

Les arbres de Noël font l'objet d'un important commerce, et seulement en N.-É., c'est une industrie de 52 millions de dollars qui expédie 1,3 million d'arbres vers les marchés nationaux, américains et étrangers.

Et étonnamment, sept pour cent des sapins de la N.-É. sont destinés au Panama. Cela représente 92 382 arbres qui partent du port d'Halifax. Sans compter les 10 767 autres que le Québec exporte vers cette même destination en Amérique latine.

« Le Panama aime définitivement nos sapins, mais le marché n'est pas seulement ouvert à nous en raison du programme de gestion de la qualité que nous avons mis en place par une étroite collaboration avec le ministère du Développement de l'agriculture du Panama (MDAP) », déclare Malcolm Pelley, un agent régional de phytoprotection sanitaire qui aide à coordonner l'accord commercial avec le Panama.

« C'est un excellent exemple de coopération entre l'industrie et le gouvernement. Avec l'aide d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, et Affaires mondiales Canada, nous offrons un très bon soutien à nos producteurs et à l'économie. »

Protocole du Panama

Deux éléments clés du protocole du Panama font de ce programme de gestion de la qualité un accord d'exportation unique en son genre :

La célébration de Noël pour les producteurs

Matt Priest, de l'entreprise Northern Lights Christmas Tree Farms, près de Truro (N.-É.) vend des sapins au Panama depuis le début de ces liens d'exportation spéciaux, il y a huit ans. Il n'est pas surpris lorsqu'on lui demande comment il se fait qu'on exporte des arbres de Noël au Panama.

« Le Panama peut sembler un marché improbable, mais compte tenu du volume d'échanges entre le Panama, le Canada et les États-Unis, cela n'a rien de surprenant », déclare Priest.

« La population de catholiques au Panama est relativement grande, et elle est évidemment influencée par le mode de célébration de Noël des Nord-Américains et par l'importance de l'arbre de Noël ».

Priest se réjouit du volume d'affaires que les producteurs de sapins ont avec les importateurs du Panama, même s'ils doivent travailler un peu plus fort pour maintenir ces liens.

« De se conformer au programme de gestion de la qualité du Panama complique effectivement un peu les affaires, mais c'est comme une police d'assurance pour nous. Une fois nos arbres chargés et expédiés, nous sommes certains qu'ils vont se rendre sans embûches jusqu'aux centres commerciaux de Panama ».

Selon Priest, il existe au moins une autre bonne raison pour laquelle les Panaméens aiment nos sapins : « Ils sentent vraiment bon ».

Plus de C360

  • Voulez-vous plus d'histoires comme celle-ci? Explorez ce que Chroniques 360 a à vous offrir de plus.
  • Désirez-vous présenter un compte rendu sur l'une de nos histoires? Communiquez avec les relations avec les médias de l'ACIA pour obtenir une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une idée d'une histoire ou une rétroaction à partager? Communiquez avec nous!
  • Ne manquez jamais une histoire. Inscrivez-vous aux Chroniques 360 dès aujourd'hui.
Date de modification :