Sélection de la langue

Recherche

Protéger les plantes du Canada et pourquoi c'est important

Premier épisode : série de balados « Parlons santé des végétaux » de l'ACIA

Janvier 2020

« Ce qui est intéressant, c'est que nous collaborons avec un certain nombre d'autres ministères, d'universités, d'organismes sans but lucratif et d'organisations partout au pays pour faire passer le message et sensibiliser le plus de gens possible à la protection des végétaux. Nous voulons que les Canadiens participent à la gestion de la protection des végétaux partout dans le monde, car notre avenir en dépend. »

Pierre Bilodeau, Directeur exécutif des sciences de la santé des végétaux de l'ACIA

Dans ce balado, Pierre Bilodeau, expert de l'ACIA, partage son enthousiasme pour l'Année internationale de la santé des végétaux et explique ce que vous pouvez faire afin de protéger nos précieuses ressources végétales ici au Canada.

Balado – Protéger les plantes du Canada et pourquoi c'est important – Transcription audio

Vous êtes à l'écoute des Chroniques 360 – le balado qui vous rapproche des experts de l'ACIA : explorez notre travail et notre manière de l'accomplir.

Hôtesse (Mireille Marcotte) : Les plantes nous entourent et nous soutiennent de bien plus de façons que nous ne pouvons en compter, mais beaucoup de gens ne pensent pas ou ne savent pas comment la vie quotidienne peut être affectée lorsque la santé des plantes est menacée. Fréquentez-vous le parc local, appréciez-vous les arbres de votre quartier, mangez-vous des légumes ou vous aventurez-vous dans la nature à votre guise?

Bienvenue au premier épisode de la série de balados de l'ACIA intitulée Parlons santé des végétaux, dans laquelle nous explorons comment nous pouvons contribuer à protéger les végétaux au Canada.

Je m'appelle Mireille Marcotte et je serai votre hôtesse pour interviewer une série d'experts et de scientifiques passionnés par les plantes.

Et maintenant, explorons le monde de la santé des plantes...

Hôtesse : Comme la plupart des choses, la santé des plantes est complexe, mais nous pouvons tous jouer un rôle pour la protéger. Je suis ici aujourd'hui en compagnie de Pierre Bilodeau, directeur exécutif des sciences de la santé des végétaux de l'ACIA.

Dans les mois à venir, nous nous attaquerons à des questions plus ciblées, mais aujourd'hui, nous parlerons de questions et d'activités générales ainsi que de leur importance. Alors, plongeons! 

Monsieur Bilodeau, pouvez-vous d'abord nous donner un aperçu du travail que fait l'Agence canadienne d'inspection des aliments pour protéger la santé des végétaux au Canada?

Pierre Bilodeau : Quelle première question! Il y a tellement de choses. Il s'agit de protéger toutes les cultures, tous les écosystèmes, toutes les forêts et tous les habitats naturels du Canada contre les phytoravageurs envahissants. C'est presque infini, et nous ne le faisons pas tout seuls, nous avons de nombreux partenaires, mais à l'ACIA, nous travaillons fort pour protéger la santé des plantes du Canada.

Je ne pense pas avoir assez de temps pour parler de tout ce que nous faisons pour la protection des végétaux dans ce balado, mais sachez que certaines de nos priorités comprennent notre programme de surveillance des phytoravageurs, notre travail d'inspection des importations et notre programme de certification.

Hôtesse : D'accord. Nous irons plus en détail dans les prochains épisodes. Selon vous, quels sont les enjeux phytosanitaires les plus importants pour le Canada à l'heure actuelle?

Pierre Bilodeau : Si je devais n'en nommer que deux – je dirais premièrement la détection et deuxièmement la prévention des phytoravageurs – sont absolument essentielles. Nous travaillons d'arrache-pied pour que toutes les espèces envahissantes exotiques n'entrent pas au Canada. Des ravageurs comme le fulgore tacheté, qui se trouve aux États-Unis, peuvent être très nuisibles s'ils arrivent au Canada. De plus, nous réglementons les zones où se trouvent des ravageurs comme l'agrile du frêne afin qu'ils ne se propagent pas ailleurs au Canada.

C'est un travail très important, et je souligne encore une fois que la prévention est notre meilleure ligne de défense. Tout le monde a un rôle à jouer à cet égard.

Hôtesse : Les Nations Unies ont déclaré 2020 Année internationale de la santé des végétaux. Pouvez-vous me dire ce que c'est et ce que cela signifie pour l'Agence?

Pierre Bilodeau : Bien sûr. Les Nations Unies ont pris position sur l'importance de protéger les végétaux en déclarant 2020 Année internationale de la santé des végétaux.

Il s'agit d'une campagne mondiale visant à promouvoir la valeur de nos précieuses ressources végétales et la nécessité de les protéger contre les ravageurs envahissants. Les quatre thèmes de l'année sont les suivants : comment la santé des plantes peut-elle contribuer à éliminer la faim, à réduire la pauvreté, à protéger l'environnement et finalement, à stimuler le développement économique.

Le travail de l'ACIA profite directement à la santé des végétaux, à l'économie et au commerce international. L'Agence dirige et coordonne également les communications du Canada pour l'Année internationale de la santé des végétaux. C'est grâce à notre travail à l'échelle internationale avec la Convention internationale pour la protection des végétaux et l'Organisation nord-américaine pour la protection des plantes. Ce qui est intéressant, c'est que nous collaborons avec un certain nombre d'autres ministères, d'universités, d'organismes sans but lucratif et d'organisations partout au pays pour faire passer le message et sensibiliser le plus de gens possible à la protection des végétaux. Nous voulons que les Canadiens participent à la gestion de la protection des végétaux partout dans le monde, car notre avenir en dépend.

Hôtesse : C'est vraiment intéressant. Donc, en une minute ou moins, pouvez-vous nous expliquer ce que peuvent faire les Canadiens  pour protéger la santé des plantes?

Pierre Bilodeau : La plupart des nouvelles découvertes de ravageurs forestiers envahissants ont, en fait, été rapportées par des citoyens. Cela signifie qu'il est important que tout le monde sache ce qui pousse et vit localement. Signalez les plantes et les insectes envahissants à l'ACIA ou à votre autorité locale sur les espèces envahissantes.

Le bois de chauffage est le principal mode de propagation des espèces envahissantes. Si vous chauffez votre maison ou votre chalet au bois ou si vous aimez camper, achetez et brûlez du bois de chauffage local ou traité thermiquement; ainsi, les espèces envahissantes qui se cachent sous l'écorce ne seront pas transportées d'une région à une autre.

Et finalement, si vous jardinez, choisissez des plantes indigènes ou locales au lieu de plantes envahissantes ou exotiques.

Hôtesse : Merci, monsieur Bilodeau.

Cela nous emmène à la fin du balado d'aujourd'hui avec notre invité, Pierre Bilodeau. Ne manquez pas notre prochain balado, alors que nous explorerons plus à fond la santé des végétaux et verrons comment vous pouvez contribuer à la promouvoir.

Ici Mireille Marcotte pour le balado de l'ACIA, Parlons santé des végétaux.

Ceci était un balado des Chroniques 360. Pour plus d'histoires comme celle-ci, visitez inspection.gc.ca/Chroniques360.

[Fin de l'enregistrement]

Pierre Bilodeau, Directeur exécutif des sciences de la santé des végétaux de l'ACIA

Plus de C360

  • Voulez-vous plus d'histoires comme celle-ci? Explorez ce que Chroniques 360 a à vous offrir de plus.
  • Désirez-vous présenter un compte rendu sur l'une de nos histoires? Communiquez avec les relations avec les médias de l'ACIA pour obtenir une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une idée d'une histoire ou une rétroaction à partager? Communiquez avec nous!
  • Ne manquez jamais une histoire. Inscrivez-vous aux Chroniques 360 dès aujourd'hui.
Date de modification :