Sélection de la langue

Recherche

Comment le Canada a ouvert la voie aux tests de dépistage de la COVID-19 au Ghana

Juin 2020

How Canada paved the road for COVID-19 testing in Ghana

Lorsque les employés d'Affaires mondiales Canada (AMC) et de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) ont uni leurs forces avec le personnel vétérinaire au Ghana en 2018, personne ne s'attendait à ce qu'ils soient appelés à combiner leurs efforts pour combattre une pandémie mondiale moins de deux ans plus tard.

Passons maintenant à 2020 : le personnel vétérinaire formé à l'origine par des experts canadiens pour détecter l'anthrax, la grippe aviaire et la peste porcine africaine utilise maintenant les mêmes compétences et le même équipement de laboratoire pour faire le dépistage de la COVID-19 au Ghana.

Vous vous demandez peut-être comment les laboratoires spécialisés dans les maladies infectieuses animales sont équipés pour tester les agents pathogènes connus chez l'humain. Il s'agit d'un récit sur la façon dont la prévision, l'innovation et la collaboration ont convergé pour que cela se produise pendant la pandémie de la COVID-19, apportant avec elle de nouvelles amitiés et de l'espoir pour le succès dans les deux pays.

Prendre des mesures face à l'incertitude

De nombreux agents pathogènes sont couramment présents au Ghana et il y a eu des éclosions de maladies infectieuses animales comme l'anthrax, la tuberculose bovine, la grippe aviaire, la peste porcine africaine et la brucellose. Certaines de ces maladies sont zoonotiques, ce qui signifie qu'elles peuvent être transférées des animaux aux humains – et toutes ont le potentiel d'être utilisées pour le bioterrorisme.

En 2012, le Ghana a demandé l'aide du Canada pour relever plusieurs défis récurrents et en évolution en matière de biosûreté et de biosécurité.

De mauvaises mesures de biosûreté et de biosécurité, combinées à des laboratoires et des équipements inadéquats dans les installations vétérinaires existantes, mettaient en danger la population et les animaux au Ghana, et potentiellement d'autres parties du monde. Il y avait aussi la menace croissante du bioterrorisme, et des préoccupations au sujet d'échantillons de pathogènes mortels dans la région qui n'étaient pas correctement sécurisés.

Compte tenu des répercussions sur la sécurité internationale, la demande du Ghana a été envoyée au Programme de réduction de la menace liée aux armes de destruction massive d'AMC, qui est la contribution du Canada au Partenariat mondial contre la prolifération des armes de destruction massive et des matières connexes (en anglais seulement) dirigé par le G7.

Après une évaluation minutieuse, les experts d'AMC ont élaboré un plan ambitieux pour aider le Ghana à renforcer ses capacités et à atténuer ces menaces par la conception, la construction et la certification de laboratoires de confinement biologique dans trois endroits : Accra, Pong-Tamale et Takoradi.

Ces laboratoires « modulaires » ultramodernes, qui peuvent être facilement reconfigurés, ont été achevés et remis à la Veterinary Services Directorate du Ghana en 2014.

Appeler un ami

Les laboratoires modulaires étaient opérationnels, mais les problèmes de capacité sous-jacents sont apparus au cours des années qui ont suivi. En 2018, l'équipe d'AMC a établi un lien avec un allié au niveau fédéral afin d'explorer des options pour appuyer ces laboratoires. Ce partenaire était l'ACIA, qui avait communiqué auparavant avec AMC pour exprimer son enthousiasme de se « jumeler » avec Veterinary Services Directorate du Ghana. Dans le cadre de projets de Jumelage des Laboratoires, un laboratoire « parent » travaille avec un laboratoire d'un autre pays pour aider à renforcer les capacités de prévention, de détection et de contrôle des maladies.

Les docteurs Kingsley Amoako, Yohannes Berhane et Aruna Ambagala, experts de l'ACIA en matière d'anthrax, de grippe aviaire et de peste porcine africaine, respectivement, ont élaboré un plan pour combler certaines lacunes identifiées au Ghana, comme le manque de procédures documentées, d'équipement et de fournitures pour les tests de diagnostic et la formation du personnel.

AMC s'est engagé à appuyer le projet de jumelage et à s'assurer que les trois laboratoires fournis en 2014 continueront d'être opérationnels et maintenus.

Lab 101 : de l'EPI aux machines de haute technologie

En 2019, les équipes ghanéennes se sont rendues au laboratoires de Lethbridge et de Winnipeg de l'ACIA pour acquérir les compétences techniques nécessaires pour détecter et identifier des maladies comme l'anthrax, la grippe aviaire, la peste porcine africaine, la fièvre aphteuse et plusieurs autres maladies.

Les laboratoires certifiés de niveau de biosécurité 3 ont un certain nombre de mesures de protection en place pour protéger les chercheurs qui travaillent avec des microbes et des agents infectieux qui pourraient avoir de graves conséquences s'ils sont inhalés ou ingérés. Des mesures strictes en matière de biosûreté et de biosécurité protègent également l'environnement et les communautés autour de ces laboratoires. Les pratiques exemplaires en matière de biosécurité, le protocole pour entrer et sortir en toute sécurité dans les laboratoires de niveau de biosécurité 3 et l'utilisation appropriée d'équipement de protection individuelle (EPI) étaient tous des éléments clés de la formation pratique fournie.

En novembre 2019, quatre employés des laboratoires de Lethbridge et de Winnipeg de l'ACIA se sont rendus au Ghana pour partager leurs connaissances sur tous les aspects du fonctionnement d'un laboratoire, y compris les méthodes de détection et la formation par simulation sur les procédures, les pratiques exemplaires et les précautions requises pour travailler dans les laboratoires de niveau de biosécurité 3.

Grâce au financement d'AMC, l'équipe de l'ACIA a obtenu des fournitures et de l'équipement pour les trois laboratoires modulaires au Ghana, y compris des instruments de réaction en chaîne de polymérase (PCR) en temps réel. Ces machines sont l'une de celles recommandées pour les tests de dépistage de la COVID-19 dans le monde entier.

Le Ghana indique qu'il est prêt pour mener les tests de dépistage de la COVID-19

Le premier cas enregistré de la COVID-19 a été détecté en Afrique en février 2020. Ce mois-là, le Dr Yohannes Berhane, du laboratoire de Winnipeg de l'ACIA, a organisé une séance de formation pour compléter ce que le personnel vétérinaire du Ghana avait appris l'année précédente.

Le Dr Kingsley Amoako, chef d'équipe de l'ACIA et directeur du laboratoire de Lethbridge, se rappelle comment il s'est senti lors du premier appel avec des collègues du Ghana et du Canada pour discuter de l'évolution de la situation.

« J'étais inquiet pour mes collègues, bien sûr. Mais le calendrier était incroyable. Nous avions récemment formé l'équipe ghanéenne et nous y avons expédié une autre série de fournitures et d'EPI, qui sont utilisés aujourd'hui sur leurs lignes de front », a déclaré le Dr Kingsley Amoako.

« Le matériel de formation et de diagnostic moléculaire fourni par le Canada, y compris les appareils de PCR en temps réel, les appareils de protection respiratoire à adduction d'air filtré motorisé et d'autres équipements de protection de la sécurité, est absolument essentiel à l'heure actuelle. Au-delà des laboratoires et de l'équipement de haute technologie, le Ghana a quelques-uns des scientifiques les plus engagés et passionnés qui sont maintenant habiles pour effectuer les tests de dépistage de la COVID-19. Et c'est ce qui a toujours été au cœur de ce projet : les gens ».

Le Dr Kingsley Amoako a déclaré en toute confiance « Nous étions sur le point d'être témoins de l'incidence du Canada sur le dépistage de la COVID-19 au Ghana », et il avait raison. Le laboratoire ultramoderne installé à Accra est devenu le premier à aider les autorités sanitaires ghanéennes avec les tests de dépistage de la COVID-19, suivi des laboratoires de Pong-Tamale et de Takoradi.

La lutte mondiale contre la COVID-19

La pandémie de la COVID-19 est une menace mondiale qui n'a pas de frontières. Elle ne peut être surmontée que par des solutions créatives et des mesures coordonnées dans le monde entier.

Le Canada continuera d'appuyer les efforts internationaux visant à combattre la pandémie de la COVID-19 de toutes les façons possibles. Cela comprend le maintien d'importants partenariats comme celui qu'AMC et l'ACIA ont établi au fil des ans avec le Ghana.

Obtenez les renseignements les plus récents sur la COVID-19.

Galerie d'images

Cliquez sur une image pour ouvrir la galerie.

Plus de C360

  • Voulez-vous plus d'histoires comme celle-ci? Explorez ce que Chroniques 360 a à vous offrir de plus.
  • Désirez-vous présenter un compte rendu sur l'une de nos histoires? Communiquez avec les relations avec les médias de l'ACIA pour obtenir une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une idée d'une histoire ou une rétroaction à partager? Communiquez avec nous!
  • Ne manquez jamais une histoire. Inscrivez-vous aux Chroniques 360 dès aujourd'hui.
Date de modification :