Sélection de la langue

Recherche

Instructions particulières du programme des semences : Procédures d'inspection des cultures spéciales et des cultures nouvelles

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Table des matières

Date

La présente version des Instructions particulières du programmes des semences (IP) 142.1.2-7 Procédures d'Inspection des cultures spéciales et des cultures nouvelles a été produite le 1 mai 2019

Personne-ressource

La personne-ressource responsable des IP du programme des semences est le gestionnaire national, Section des semences. Veuillez faire parvenir tous vos commentaires au sujet du contenu du présent document au gestionnaire national à l'adresse suivante : cfia.seed-semence.acia@canada.ca

Révision

Les présentes IP au Programme des semences font l'objet d'examens périodiques. Les modifications nécessaires seront apportées de manière à ce que les IP continuent de satisfaire aux exigences de l'heure.

Approbation

Les présentes IP du Programme des semences sont approuvées par :

espace pour la Signature du Directeur, Division des grandes cultures et d'intrants
Directeur, Division des produits végétaux

espace pour la date
Date

Distribution

La version la plus récente du présent document se trouvera sur le site Web de l'ACIA. De plus, le gestionnaire national de la Section des semences conservera la copie originale signée. Une copie de la version la plus récente est disponible sur demande à l'adresse suivante : cfia.seed-semence.acia@canada.ca.

0.0 Introduction

L'inspection d'une culture de semences généalogiques a pour but d'inspecter de manière impartiale l'isolement, l'état et la pureté de la culture, et de produire un rapport d'inspection de culture de semences pour l'Association canadienne des producteurs de semences (ACPS). L'inspecteur de cultures de semences doit décrire la culture telle qu'elle lui est apparue au moment de l'inspection.

1.0 Portée

Les présentes Instructions particulières (IP) du Programme des semences décrivent les méthodes qu'un inspecteur de cultures de semences doit suivre pour examiner les cultures de sarrasin, d'alpiste des Canaries, de chanvre industriel, de lin, de millet, de niger, de caméline, de carthame, de sorgho, de tournesol, de tabac, de betterave à sucre, d'asperge hybride, de quinoa, de fines herbes et d'épices, en vue de l'attribution d'une catégorie de semence généalogique. Ces procédures d'inspection des semences aident l'ACPS à déterminer si les cultures de semences produites sont conformes aux exigences en matière de pureté variétale et aux normes de culture prescrites dans la circulaire 6 de l'ACPS intitulée Règlements et procédures pour la production des semences pedigrées, au Canada.

2.0 Références

Les publications citées dans les présentes IP figurent dans les références du CRPS 101 – Définitions, acronymes et références concernant le programme des semences. Les ouvrages suivants s'ajoutent à ces publications :

3.0 Définitions et Acronyms

3.1 Définitions

Pour les besoins des présentes IP, les définitions données dans le CRPS 101 ainsi que les définitions suivantes s'appliquent :

Dioïque
Présence de fleurs mâles et femelles sur des plants différents.
Hybride
Descendant de la première génération d'un croisement entre deux plants différents de la même espèce qui entraîne souvent l'apparition d'un plant plus vigoureux ou recherché que l'un ou l'autre des parents.
Monoïque
Présence de fleurs mâles et femelles sur le même plant; présence d'hybrides unisexués femelles.

3.2 Acronyms

AOSCA
Association of Official Seed Certifying Agencies
ACPS
l'Association canadienne des producteurs de semences
CRPS
Cadre Règlementaire du programme des semences
IP
Instructions particulières
PSQ
Procédures du système qualité
SEP
Système d'enregistrement des produit

4.0 Procédures d'inspection particulières

4.1 Exigences de l'inspection

Les variétés d'alpiste des Canaries, de lin oléagineux, de tabac jaune, de sarrasin, de carthame et de tournesol d'oléagineux ou de confiserie doivent être enregistrées.

Il n'est pas nécessaire d'enregistrer les variétés de lin textile, de chanvre industriel, de millet, de niger, de sorgho, de coriandre, de caméline, d'asperge, de fenugrec, d'aneth, de betterave à sucre, de quinoa, de tabac burley, de tabac à cigare, et de tabac brun. On peut avoir leur description en communiquant avec l'ACPS ou le producteur. Les descriptions des variétés de chanvre industriel peuvent fournir des renseignements sur les niveaux acceptables de variantes et, pour les variétés monoïques, une échelle qui identifie le type ou proportion des fleurs mâles aux fleurs femelles. En ce qui a trait aux cultures des espèces non décrites dans ce document, l'inspecteur de cultures de semences chargé de l'inspection devrait communiquer avec le bureau de l'ACPS pour obtenir la description des variétés et connaître toute exigence particulière en matière d'inspection et de déclaration.

D'autres exigences liées à l'inspection figurent ci-dessous.

4.2 Inspection des cultures

4.3 Production du rapport d'inspection de récoltes de semence

Le rapport d'inspection doit contenir les éléments principaux suivants :

Annexes

Annexe I : Rapport d'inspection du sorgho et du millet

Nom du producteur ou demandeur espace pour Nom du producteur ou demandeur

Nom de la variété espace pour Nom de la variété

Adresse du producteur ou demandeur espace pour Adresse du producteur ou demandeur

No du producteur de l'ACPS espace pour numéro de l'Association canadienne des producteurs de semences No de séquence espace pour numéro de séquence
Id. du champ espace pour Identification du champ Code de la variété espace pour Code de la variété Superficie espace pour la Superficie

Dates des inspections

Première espace pour la Première Dates des inspections

Deuxième espace pour la Deuxième Dates des inspections

Isolement - Date de l'inspection :
Largeur (m) Description d'isolement (cultivé, engazonne, fauché) Condition d'isolement : Bon Condition d'isolement : Assez bon Condition d'isolement : Médiocre Terrain adjacent contient: (variété et espèce s'il y a lieu)
Est
Sud
Ouest
Nord
Première Inspection
Date d'inspection Description d'impuretés 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Total des comptages
Début (Heure) :
Fin (Heure) :
Deuxième Inspection
Date d'inspection Description d'impuretés:
Impureté définitive/
Impureté non définitive
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Total des comptages
Début (Heure) :
Fin (Heure) :

Annexe II : Maladies risquant d'influer sur l'aspect des plants

Chanvre

Sclérotiniose
Les symptômes de cette maladie comprennent un mûrissement prématuré et l'apparition de lésions gris pâle ou blanches sur les tiges, les branches et les gousses. La sclérotiniose se développe dans les tiges, les branches et les gousses. Les cultures gravement infectées pourrissent fréquemment et s'égrènent au moment de l'andainage, ce qui entraîne des pertes de temps pour cette dernière étape.

Lin

Jaunisse de l'aster
Il est facile de reconnaître les symptômes de la jaunisse de l'aster dans le cas du lin. Ils sont plus visibles pendant et après la floraison. Les feuilles des rameaux infectés de la moitié supérieure du plant ont une couleur jaune vif et ne deviennent pas brunes. Les fleurs en viennent toutes à ressembler aux feuilles et sont caractérisées par une couleur jaune verdâtre. Un même plant peut avoir des rameaux sains et infectés. Les plants gravement atteints sont rabougris.
Chiffonnement
Le chiffonnement qui touche le lin est caractérisé par un rabougrissement, une réduction du tallage, un froncement des feuilles et une diminution de la production des semences, même si l'apparence des fleurs peut sembler normale.
Phialophora asteris
Les symptômes font leur apparition peu de temps avant la floraison, au moment où les feuilles revêtent une couleur vert pâle et mât. De grandes sections de la feuille deviennent rapidement jaune mât, ce qui se fait généralement à partir de la pointe et de la marge gauche. Cette couleur s'étend ensuite vers l'intérieur. Les tissus vasculaires deviennent bruns. Les symptômes se développent d'abord sur les feuilles de la base de la tige et se propagent ensuite aux feuilles plus hautes sur la tige. Les plants gravement atteints sont rabougris, et les épis floraux peuvent être stériles.

Sarrasin

Mildiou
Les symptômes peuvent apparaître à toutes les étapes de la croissance. Les principaux se traduisent par des lésions chlorotiques importantes et un rabougrissement.

Alpiste des Canaries

Marbure septorienne
Les feuilles de la partie inférieure du plant qui ont été cachées par un couvert dense peuvent avoir un symptôme différent, soit des « îles vertes ». Les îles vertes constituent des taches infectées qui demeurent vertes, tandis que le reste de la feuille jaunit. Une inspection attentive de la partie atteinte ou de la pointe décolorée de la feuille permettra d'y détecter de nombreuses pycnides (petits organismes qui produisent des spores noires), qui ressemblent à du poivre parsemé sur la feuille. Un miroir grossissant permettra de détecter les pycnides incrustées dans la feuille. Dans des conditions pluvieuses, les pycnides exsudent de petites boules brun doré de spores qui atteignent les feuilles saines en y étant éclaboussées par les gouttes de pluie. Dans le cas des infestations graves, les pycnides peuvent recouvrir le plant tout entier, y compris le sommet.

Quinoa

Mildiou (Peronospora farinosa f. sp. chenopodii)
Les symptômes typiques comprennent des lésions chlorotiques pâles ou jaunes à la surface de la feuille, qui finissent par devenir des zones nécrotiques et des zones sporulantes violacées grises sur la surface inférieure de la feuille. Chez certains cultivars, les lésions sont petites et nombreuses, alors que dans d'autres, les lésions sont grandes, diffuses et irrégulières. Les lésions peuvent devenir rougeâtre à pourpre chez certains cultivars. L'infection systémique des plantes peut conduire à des plants nains et jaunissement.

Annexe III : Description des espèces de cultures spéciales

Alpiste des Canaries

L'alpiste des Canaries (Phalaris canariensis) constitue un composant majeur des mélanges fourragers pour les oiseaux en cage ou sauvages. Les semis d'alpiste des Canaries ressemblent aux semis de sétaire verte ou de maïs : ils sont feuillés finement et ont une couleur dont le ton varie du mauve au rouge à la base de la tige. Les plants matures ont une hauteur approximative de 1 m et possèdent de petits épis compacts. Chez les variétés plus anciennes d'alpiste des Canaries, la base des semences comprend des poils minuscules et piquants faits de silice, ce qui rend la poussière des semences très irritante pour la peau pendant la récolte et la manipulation.

Caractéristiques propres à l'alpiste des Canaries :

Aneth

L'aneth (Anethum graveolens) est une plante annuelle résistante qui atteint de trois à quatre pieds de hauteur. Les feuilles ciselées sont assez petites et d'apparence plumeuse. Les fleurs d'un vert jaunâtre se forment en ombelles. L'aneth est cultivé comme aromate et pour son huile essentielle pour l'industrie alimentaire. Il y a peu de maladies qui affectent l'aneth, mais il est sensible à la tache alternarienne et à la jaunisse de l'aster.

Quand la description de la variété ne spécifie pas la longueur des plantes hautes devant être considérées des variantes ou des hors-types, l'inspecteur doit rapporter tout plant plus haut de trois fois la longueur de la tête.

Asperge

L'asperge peut être droite ou grimpante et la plupart des espèces sont plus ou moins ligneuses.  Les racines ressemblant aux porte-greffes ou occasionnellement tubéreuses produisent de petites branches manifestes qui ressemblent à des feuilles; les vraies feuilles sont réduites à de petites échelles.  De petites fleurs vert-jaune au printemps sont suivies par des baies rouges à l'automne.

L'asperge officinale, l'espèce économiquement la plus importante du genre, est cultivée dans les parties les plus tempérées et sous-tropicales du monde.  Des plantations commerciales ne sont pas entreprises dans les régions où la plante continue de croître tout au long de l'année, et parce que les pousses deviennent plus grêles et moins vigoureuses chaque année, une période de repos est nécessaire.  Là où le climat est favorable et grâce à des soins adéquats, une plantation d'asperge peut être productive de 10 à 15 ans ou plus longtemps.  Les meilleurs types de sol pour l'asperge sont des glaises profondes, lâches et légères contenant beaucoup de matière organique et de la vase légère et sableuse.  L'asperge pousse bien dans des sols trop salés pour d'autres cultures, mais les sols acides doivent être évités.

Caractéristiques distinctives :

Betteraves à sucre

La première année, les betteraves à sucre produisent une grosse et excellente racine blanche en forme de cône et une rosette de grandes feuilles.  Si elles passent l'hiver, elles produisent de grandes tiges de semence ramifiée jusqu'à 2 m de haut la deuxième année.  Elles sont pollinisées par le vent et se croisent facilement avec d'autres membres de l'espèce.

Caractéristiques distinctives

Caméline

La caméline (Camelina sativa), une culture crucifère, est cultivée pour l'huile qu'on obtient tant que pour fins de cuisson qu'à titre de carburant. Elle est aussi communément connue sous diverses appellations : faux lin, caméline faux lin, cuscute de graine de lin et caméline dorée. On lui connaît deux types : la caméline printanière et la caméline hivernale.

Les plants de caméline sont très branchus et atteignent une hauteur de 0,3 à 1 m. Les plants produisent de nombreuses petites fleurs jaune pâle ou vert jaunâtre pâle à quatre pétales. Les gousses, longues d'environ 0,6 cm, recèlent de très petites semences, oblongues, de couleur jaune-brunâtre pâle, rugueuses et côtelées. Leur teneur en huile varie entre 30 et 40 %.

Caractéristiques propres à la caméline :

Carthame

Le carthame, qui fait partie de la famille des Astéracées, constitue une plante herbacée ramifiée et de type chardon, dont les feuilles et bractées sont couvertes de nombreuses épines. Le carthame produit un akène blanc qui est généralement souple, et l'extrémité adjacente au plant peut ou non avoir des touffes de poils. Les tiges s'allongent rapidement et se ramifient considérablement en respectant l'angle de ramification, qui varie de trente à soixante-dix degrés. Chaque tige dispose d'un épi de fleurs dans des bractées embrassantes qui sont habituellement spinifères.

La floraison s'entame dans le cercle extérieur des fleurons et s'étend vers le centre de l'épi. La durée de la période de floraison peut atteindre au moins quatre semaines, selon les conditions de croissance. Des fleurs aux nuances orange, jaunes et rouges sont produites au début de la floraison et brunissent à mesure qu'elles prennent de la maturité. Des fleurs blanches peuvent apparaître, mais ce phénomène n'est pas régulier.

La taille des feuilles varie beaucoup, selon l'environnement et la variété cultivée. La largeur des feuilles varie de 2,5 à 5,0 cm, tandis que leur longueur varie de 10 à 15 cm. Les feuilles inférieures sont profondément dentelées et généralement sans épines. Quant aux feuilles qui se trouvent plus haut sur la tige, des épines dures et solides s'y développent à temps pour la pleine floraison. Certaines variétés n'ont pas d'épines.

Au moment d'inspecter le carthame, le personnel qui en est chargé devrait se protéger contre les épines piquantes qui se trouvent sur les plants. Pour ce faire, il doit porter une couche additionnelle de vêtements ainsi que des chaussures adéquates.

Caractéristiques propres au carthame :

Chanvre

Les variétés de chanvre peuvent être dioïques et, par conséquent, avoir des plants mâles et femelles distincts ainsi que des hybrides unisexuels; dans ce cas, on trouve des fleurs mâles stériles et des fleurs femelles fertiles sur un même plant. Les variétés de chanvre peuvent également être monoïques, c'est-à-dire avoir des fleurs mâles et femelles sur un même plant.

Chez les fleurs mâles, cinq pétales composent le calice. Ces pétales peuvent être jaunes, blancs ou verts. Les fleurs pendent, et cinq étamines en émergent. Les plants mâles commencent à fleurir de dix à quatorze jours avant les plants femelles ou les plants monoïques. Les plants mâles grandissent plus rapidement que les plants femelles et monoïques. Également, ils ont moins de feuilles près du sommet. Une fois le pollen libéré, le plant mâle meurt.

La pousse du plant femelle pendant la floraison (et la partie femelle du plant monoïque) est feuillue et compacte. La fleur femelle minuscule est cachée dans la bractée, et deux styles infimes se manifestent au moment où la fleur est prête pour la pollinisation. Chez les plants monoïques, les fleurs femelles situées sur une branche en particulier sont les premières à éclore. Elles sont suivies des fleurs mâles qui se trouvent à l'extrémité de la même branche.

Les variétés monoïques de chanvre renferment aussi une quantité variable de plants intersexués, à savoir des plants qui ne sont ni mâles ni femelles ni vraiment monoïques. Les plants intersexués peuvent compliquer l'inspection des cultures de chanvre industriel puisqu'ils ont des fleurs femelles et mâles. Les fleurs mâles sont cependant beaucoup plus nombreuses que les fleurs femelles.

Le chanvre constitue un pollinisateur important. C'est pourquoi les inspecteurs de cultures de semences peuvent décider de prendre des mesures de précaution au moment de l'inspection. Pour ce faire, ils porteront un masque.

Caractéristiques propres au chanvre :

*Ces observations devraient être effectuées au tiers central du plant.

Coriandre

La coriandre (Coriandrum sativum) est une plante annuelle dont la tige, ramifiée et dressée, atteint une hauteur de 0,5 à 1 m. Les espèces à grosses graines et à petites graines sont cultivées au Canada, mais celles à grosses graines prédominent en raison de leur maturité plus hâtive.

Plusieurs maladies influencent l'apparence physique de la coriandre. La jaunisse de l'aster, à elle seule, entraîne la chlorose et la malformation des fleurs. Souvent, les plants infectés poussent plus haut que ceux en santé.

Fenugrec

Le fenugrec (Trigonella fœnum-graecum) est une légumineuse annuelle autofécondée qui est plantée comme épice ou fourrage. Le plant, dressé, atteint une hauteur de 30 à 60 cm et a une tige creuse et lisse. Les feuilles trifoliolées uniques alternes apparaissent sur un pétiole court et ont deux petites stipules. Les feuilles ont la forme d'un œuf et sont légèrement dentées. Les fleurs, qui peuvent être de couleur blanc crème ou pourpre, poussent seules ou par paires dans les aisselles des feuilles. Les gousses, qui ont chacune 10 à 20 graines, sont brunes, étroites et falciformes, en plus d'avoir un bec pointu.

Les graines ont une forme plus ou moins rectangulaire et mesurent environ 5 mm x 2,5 mm. La couleur du tégument peut aller d'un translucide, pour les plants aux fleurs blanches, au brun verdâtre, pour les plants aux fleurs violacées.

Lin

Le lin représente une plante annuelle qui atteint une hauteur de 40 à 91 cm (16 à 36 pouces), selon la variété, la densité du plant, la fertilité du sol et les conditions d'humidité. Le lin est autofécondé, mais une pollinisation croisée de 0,3 à 2 % peut se produire dans des conditions normales. Les insectes constituent les principaux agents de pollinisation croisée. Le cycle de vie du plant de lin se traduit par une saison de végétation de 45 à 60 jours, une période de floraison de 15 à 25 jours, et une période de maturation de 30 à 40 jours. Le stress hydrique, la chaleur et la maladie peuvent écourter l'une ou l'autre de ces périodes de croissance. Le lin est caractérisé par une période de floraison abondante, mais quelques fleurs peuvent continuer de faire leur apparition jusqu'à la maturité du plant. Au cours du processus de maturation, si les tiges sont exposées à un haut niveau d'humidité du sol et à un milieu très fertile, elles peuvent demeurer vertes, et il peut y avoir une nouvelle croissance qui entraînerait une deuxième période de floraison abondante.

Le plant de lin possède une tige principale, mais si la densité du plant est faible et si le taux d'azote dans le sol est élevé, deux branches (talles) ou plus peuvent pousser à partir de la base du plant. La tige principale et les branches engendrent l'apparition d'un arrangement irrégulier et très ramifié de fleurs. L'ouverture des fleurs se met en branle peu de temps après le lever du soleil par temps chaud et clair, et les pétales tombent au début de l'après-midi. Les organes floraux (pétales, sépales et anthères) apparaissent tous en groupes de cinq.

Il est possible de distinguer les variétés de lin par la couleur des organes floraux, qui peuvent afficher une couleur allant d'un bleu foncé à un bleu très pâle, ou bien qui peuvent être blancs ou rose pâle. Les anthères affichent une teinte de bleu ou sont jaunes. Le style et les filets qui produisent les anthères sont bleus ou incolores.

Le fruit mature du plant de lin est une capsule sèche. La maturation de celle-ci débute 20 à 25 jours après la floraison. La capsule dispose de cinq segments, qui sont séparés l'un de l'autre par un mur (septum). Chaque segment produit deux semences séparées l'une de l'autre par une demi-cloison appelée « faux septum », dont les bords peuvent être pubescents ou souples, selon la variété. Une fois la grenaison complétée, la capsule renferme dix semences. Une moyenne de six à huit semences par capsule est toutefois courante. Au moment de la maturation, les capsules des variétés canadiennes s'ouvrent légèrement, c'est-à-dire qu'elles s'ouvrent à l'extrémité, et les cinq segments se séparent un peu le long des bords. Les capsules s'ouvrent rarement au point où les semences peuvent s'y échapper et tomber.

Les semences de lin sont plates, de forme ovale et pointues à une extrémité. Le poids de mille semences est d'environ 5 à 7 g (moins d'une once), selon la variété et les conditions de croissance. Les semences de différentes variétés peuvent avoir une couleur brun rougeâtre pâle ou foncé, ou jaune. Le phénomène des semences tachetées, qui est caractérisé par une combinaison de jaune et de brun sur la même semence, est causé par des conditions externes et ambiantes. Il ne s'agit pas d'une particularité héréditaire. Les semences sont recouvertes d'une enveloppe (mucilage) qui leur donne un vif éclat et les rend visqueuses dans des conditions pluvieuses. Le mucilage peut parfois absorber l'humidité atmosphérique, ce qui fait coller les semences matures à la surface des capsules. Ce phénomène élimine l'éclat des semences, ce qui leur donne une apparence galeuse et leur attribue une catégorie moindre.

Caractéristiques propres au lin :

Millet perlé

Le terme « millet » s'applique largement à plus de 140 espèces qui appartiennent au genre Pennisetum. Ce nom constitue une forme composée des mots latins qui signifient « plus loin » et « soie ». Ce terme décrit les aspects floraux de l'épi de certaines espèces de millet.

Le millet perlé représente une graminée cespiteuse tropicale et annuelle, qui est robuste, dressée, à pollinisation croisée et dont la croissance est très rapide. Il s'agit d'une espèce extrêmement variable. Les chaumes sont solides ou mœlleux, et la hauteur des plants varie généralement de 0,5 à 5 m. Les chaumes peuvent également être épais ou minces, et simples ou ramifiés. Les parties de végétaux, comme la gaine, les feuilles et les nœuds, peuvent être lisses ou pubescentes, et elles peuvent être de couleur verte, mauve, rouge ou jaune doré.

Les plants disposent habituellement de six à douze entrenœuds, et chacun de leurs nœuds comprend une gaine de feuille. Le chiffre de neuf entrenœuds est le plus courant. L'entrenœud aérien initial est le plus court, alors que l'entrenœud le plus élevé ou le pédoncule est le plus long. En plus des entrenœuds aériens, il y a sous terre un groupe d'entrenœuds très peu espacés les uns des autres, ce qui entraîne l'apparition de talles primaires.

Les gaines des feuilles sont fendues, et on trouve une ligule proéminente (5 mm) à la limite des gaines et des limbes des feuilles. Les limbes peuvent atteindre une longueur de 1,5 m (5 pieds) et une largeur de 7 cm. Les feuilles sont pointues, et leurs marges sont dentelées. Les feuilles ont une nervure médiane proéminente et sont souvent pubescentes d'un bout à l'autre. L'inflorescence du millet perlé se traduit par un épi unique, terminal, dense, cylindrique et en forme de pointe, qui se rétrécit graduellement en quelque sorte jusqu'à l'extrémité. L'épi représente une fausse pointe qui n'est généralement pas ramifiée, dont la longueur varie de 2,5 à 205 cm, et dont la largeur est de 0,8 à 5,5 cm. Une rosette de bractées regroupe des soies et des épillets à la base, et ceux-ci sont considérés comme un involucre. Cette rosette sous-tend une grappe de fleurs surgissant du rachis central. Les bractées d'involucre peuvent ou non tomber à la maturité. L'involucre lui-même se forme sur des pédoncules d'une longueur d'environ 2,5 cm et exhibe des poils fins à l'emplacement des soies ou des membres en forme de doigt. Chaque involucre renferme un à neuf épillets fertiles d'une longueur de 3 à 7 mm et produit des pédoncules ou des rachéoles de 2 mm. Un seul épillet constitue un épi secondaire qui possède un fleuron supérieur et un fleuron inférieur. Celui-ci est staminé ou stérile. Le fleuron supérieur, lui, est parfait ou fertile, et possède trois anthères ainsi qu'un pistil où il y a deux branches duveteuses près du style, entre la glumelle inférieure et la glumelle supérieure. Les anthères sont suffisamment grandes pour assurer une pollinisation croisée efficace.

Dans des conditions naturelles, le millet perlé peut s'autoféconder si l'anthèse se produit sur un épi de talle quelconque avant les autres talles sur le même plant. L'autofécondation peut se faire à un taux pouvant atteindre 31 %. Dans le cas des épis importants, des stigmates tardifs peuvent être pollinisés par des anthères qui se trouvent sur le même épi, car la période de libération du pollen pour un seul épi s'étend sur quatre à sept jours. Les stigmates sont réceptifs pendant trois jours, et la pollinisation s'effectue surtout par le vent.

En général, une journée après l'apparition des stigmates, les anthères commencent à surgir du centre de l'épi et font de même graduellement vers l'extrémité. Il y a deux périodes différentes d'émergence des anthères. La première est caractérisée par les fleurs parfaites, alors que la deuxième l'est par les staminés.

La pointe des anthères de millet perlé possède une touffe de poils fins. On croit que ces poils servent à réduire la vitesse de déhiscence des anthères. La viabilité du pollen du millet peut s'étendre sur sept heures.

La période de floraison des plants disposant de nombreuses talles s'étend de 7 à 21 jours. Les stigmates font leur apparition à leur maturité, peu importe si l'épi a ou non surgi de la gaine de feuille, ce qui restreint la formation de graines en raison d'un manque de pollinisation. Les anthères apparaissent d'abord dans le tiers supérieur de l'épi, phénomène qui se manifeste ensuite graduellement vers la base.

La couleur des semences varie. Celles-ci peuvent être gris pâle, gris foncé, ambre perlé, jaune profond ou mauves. La plupart du temps, elles sont gris jaunâtre et ont une teinte rougeâtre au niveau de l'embryon.

Les semences du millet perlé sont plus petites que celles du maïs, mais leurs dimensions varient énormément. Les semences sont généralement obovoïdes et ont une longueur de 3 à 4 mm et une largeur de 2,25 mm. Les semences, à leur maturité, dépassent de la glumelle inférieure et de la glumelle supérieure; elles sont donc susceptibles de subir des dommages par les oiseaux. Rendu à maturité, l'épi perd sa couleur verte.

Le millet des oiseaux et le millet commun (Panicum miliaceum) sont plus courts que le millet perlé, atteignant de un à quatre pieds de hauteur. Les semences demeurent enfermées dans l'écale après le battage. Le millet commun herbeux est communément appelé grand millet.

Caractéristiques propres au millet perlé :

Niger

Le niger (Guizotia abyssinica) constitue une plante annuelle feuillue dont la hauteur atteint environ 1 m. Les feuilles dentelées sont lancéolées à oblongues et ont une longueur d'à peu près 10 cm. On peut cultiver les semences pour en faire de l'huile alimentaire ou des graines pour oiseaux.

Quinoa

Le quinoa (Chenopodium quinoa Willd.) est une plante herbacée annuelle originaire de l'ouest et du sud de l'Amérique du Sud. Membre de la famille des chénopodes (Chenopodiaceae), il est cultivé pour son grain riche en protéines et, dans une moindre mesure, pour son feuillage comestible. Le quinoa présente un degré élevé de variation intraspécifique et de plasticité qui lui permet de pousser dans des conditions climatiques et agronomiques extrêmement variées.

La hauteur des plantes varie de 0,2 à 3 m, selon le génotype et les conditions environnementales, mais la plupart mesurent 1 à 2 m de haut. La tige centrale est ligneuse et se présente dans une variété de couleurs (p. ex. jaune, vert, rouge, violet). Elle présente souvent des rayures proéminentes (stries) d'une couleur secondaire. La tige centrale peut être ramifiée ou non ramifiée, selon la variété et la densité de semis.

Les feuilles de quinoa sont disposées en alternance sur la tige et sont portées par de longs pétioles sillonnés. Les feuilles peuvent varier considérablement au sein d'une même plante et d'une variété à l'autre. Les feuilles sont habituellement vertes sur les jeunes plantes, mais peuvent jaunir, rougir ou devenir violettes à mesure que la plante mûrit. Les aisselles des feuilles peuvent être rouges ou violettes. La plupart des limbes sont plats, mais dans certains types, ils sont ondulés. Les bords des feuilles sont lisses, dentés ou dentelés. Selon l'écotype, il peut y avoir très peu ou jusqu'à 30 dents ou dentelures foliaires. Les feuilles supérieures sont généralement lancéolées ou triangulaires et les feuilles inférieures sont rhomboïdales ou triangulaires. Les limbes des feuilles inférieures mesurent jusqu'à 15 cm de long sur 12 cm de large, deviennent plus petits et moins dentelés en remontant vers le haut sur la plante. Les jeunes feuilles sont souvent recouvertes de glandes d'oxalate de calcium (papilles).

L'inflorescence est une panicule à plusieurs ramifications avec une panicule terminale et des panicules axillaires dans les aisselles des feuilles le long de la tige. Chaque panicule a un axe principal d'où partent des axes secondaires et, dans certains cas, tertiaires. Les inflorescences de quinoa peuvent être amaranthiformes, dans lesquelles de petits groupes de fleurs (glomérules) proviennent des axes secondaires, ou glomérulaires, dans lesquelles les glomérules proviennent des axes tertiaires. Les deux types varient en degré de compacité. Les inflorescences mesurent de 30 à 80 cm de long et de 5 à 30 cm de diamètre. Les inflorescences sont de différentes couleurs. La couleur de l'inflorescence peut changer lorsqu'elle atteint sa maturité physiologique.

Comme le reste de la plante, les grains de quinoa présentent une grande variété de couleurs, y compris, mais sans s'y limiter, le blanc, le jaune, l'orange, le rouge, le rose, le violet, le brun et le noir. La taille des graines varie de 1,36 mm à 2,66 mm.

Le quinoa est principalement une espèce autogame, la pollinisation croisée se produisant généralement à un taux de 10 pour cent ou moins. Le parent le plus proche du quinoa en Amérique du Nord est le chenopode de Berlandier (Chenopodium berlandieri Moq.), une mauvaise herbe indigène répandue. Morphologiquement, ils sont très similaires, bien que chenopode quinoa ait souvent des feuilles et des inflorescences plus grandes et des graines de couleur plus claire. Une autre mauvaise herbe largement répandue, mais non indigène de ce genre, le chénopode blanc (Chenopodium album), n'est pas compatible avec le quinoa.

Caractéristiques distinctives :

Note : Les caractères avec astérisque (*) sont considérés comme essentiels pour l'identification des variétés par l'UPOV (2018).

Sarrasin

Le sarrasin (Fagopyrum esculentum) provient probablement du Centre et de l'Ouest de la Chine. Il a été transporté en Europe lors du Moyen Âge. Il ne fait pas partie de la famille des graminées et ne constitue donc pas une céréale « véritable ». Le plant dressé mesure de 2 à 5 pieds de haut et a des feuilles en forme de cœur. Il a également des semences triangulaires brunes, brun gris ou noires. Le sarrasin pousse mieux dans les régions où règne un climat frais et humide. Sa période de croissance est plutôt courte, soit de 80 à 90 jours. Son mode de croissance est indéterminé, ce qui fait que ses cultures de semences n'atteignent pas toutes leur maturité en même temps.

Caractéristiques propres au sarrasin :

Sorgho

La hauteur des plants de sorgho varie de 61 cm à 6 m. Les pédoncules solides sont grands et ont un diamètre qui varie de 1 à 5 cm. Ils sont grands, juteux ou mœlleux, et doux ou non. Chaque plant de sorgho comprend 7 à 20 nœuds et entrenœuds, et chaque nœud produit une gaine foliaire. Chez les variétés naines, les gaines se superposent. Chaque gaine foliaire produit des limbes de l'autre côté du pédoncule, ce qui entraîne une disposition en alternance des feuilles. La forme des feuilles est semblable à celle des feuilles du maïs. Cependant, les feuilles du sorgho sont généralement plus étroites, et il y a une grande variation sur le plan de la longueur et de la largeur des feuilles chez les différentes variétés.

Le sorgho possède des racines extensives, fines et fibreuses, qui lui permettent d'extraire plus d'humidité du sol et, par conséquent, d'éviter ou de réduire le stress causé par la sécheresse. Certaines variétés de sorgho sont adaptées à des conditions de sécheresse où la quantité de pluie tombée dans une même saison peut ne pas dépasser 25 cm.

Le sorgho représente une plante à pollinisation directe dont on ne connaît aucun obstacle à l'égard de la pollinisation croisée. Les taux de pollinisation croisée varient de 2 à 35 %, et la moyenne qui s'y rattache est d'environ 5 ou 6. La pollinisation croisée s'effectue par le vent et les courants atmosphériques.

La formation des graines se produit sur une panicule terminale ramifiée qui peut être compacte, lâche ou ouverte. Les branches sont composées, à la base, de verticilles et, à l'extrémité, d'épillets, qui contiennent des fleurons appariés. L'épillet sessile fertile dispose de deux glumes externes, d'un fleuron inférieur stérile et d'un fleuron supérieur fertile. Le fleuron stérile peut produire du pollen.

Les fleurons fertiles englobent trois étamines ainsi qu'un ovaire caractérisé par deux styles longs et des stigmates plumeux qui forment une glumelle inférieure et une glumelle supérieure membraneuses. La barbe, s'il y en a une, part de la glumelle inférieure du fleuron fertile. Deux glumellules se trouvent à la base du fleuron. Les glumes, qui comprennent les épillets, peuvent être noires, brun rougeâtre ou de couleur paille.

La floraison se fait vers le bas à partir du sommet de la panicule et s'étend sur une période de quatre à sept jours. Les stigmates demeurent réceptifs pendant un maximum de deux jours et pendant une période variant de 5 à 16 jours s'il n'y a pas eu de pollinisation, selon les conditions ambiantes. Le temps frais et pluvieux retarde la floraison.

De 800 à 3 000 grains sont transportés sur une seule panicule. Ces grains sont petits, et leur diamètre varie de 2,36 à 4,29 mm. Le poids des semences provenant d'une seule et même panicule peut varier jusqu'à 10 %, selon si ces semences se trouvent en haut, au milieu ou en bas de la panicule. Dans le cas de certains hybrides, les grains en haut de la panicule sont plus gros, alors que pour certains autres, cette caractéristique s'observe chez les grains en bas de la panicule.

Caractéristiques propres au sorgho :

Tabac

Le plant de tabac atteint une hauteur de 1 à 3 m et produit 10 à 20 feuilles, à partir des pédoncules centraux. Les feuilles peuvent être de forme ovale ou elliptique ou bien en forme de cœur. De plus, elles sont plus nombreuses à pousser à la base du plant. Les fleurs sont parfaites, grandes et de couleur rose, et elles ont des tubes corollaires renflées et une pubescence sur leur revers.

La période de floraison s'étire de juillet à septembre, tandis que les semences mûrissent d'août à octobre.

Caractéristiques propres au tabac :

Tournesol

Le tournesol fait partie de la famille des composées, et le genre Helianthus englobe les espèces herbacées et vivaces. Les tournesols sont de grandes plantes annuelles. Les plants des variétés cultivées modernes de tournesol atteignent une hauteur de 1,5 à 2,5 m au moment de la floraison, et ils ont des racines pivotantes solides, à partir desquelles poussent des racines latérales très profondes. Il y a une inflorescence apicale sur une tige ayant vingt à trente feuilles. La tige est duveteuse et devient très fibreuse à mesure que le plant prend de la maturité. Les feuilles sont grandes, vert foncé et plus ou moins en forme de cœur. Elles ont aussi une surface ridée et des nervures proéminentes. Les feuilles sont toutes pédonculées et réparties autour de la tige de façon à maximiser l'interception de la lumière. L'inflorescence a généralement un diamètre maximal de 15 à 30 cm. L'épi comprend 1 000 à 2 000 fleurs qui adhèrent à un réceptacle. Les fleurs qui entourent le plant représentent des fleurs ligulées qui ne possèdent pas d'étamine ou de pistil. Les autres fleurs sont des fleurons qui sont disposés en arc à partir du centre de l'épi. Les différences variétales en ce qui a trait à la maturité sont habituellement associées aux changements qui surviennent pendant la phase végétative, avant que l'épi ne devienne visible.

Caractéristiques propres au tournesol :

Annexe IV : Diagrammes d'espèces de cultures spéciales

Lin

Forme des fleurs

Lin - Forme des fleurs - de gauche à droite : Disque plat, Entonnoir, Étoile

Ciliation des faux septums dans les capsules

Ciliation des faux septums dans les capsules

Déhiscence des capsules

Déhiscence des capsules - gauche : indéhiscente, droite : semi-indéhiscente

Tabac

Forme du plant

Forme du plant de tabac - de gauche à droite : Conique, Cylindrique, Elliptique, Cône renversé

Type de feuille

Type de feuille - gauche : Sessile, droite : Pétiolée

Angle d'insertion des feuilles

Angle d'insertion des feuilles - de gauche à droite : Angle très aigu (<45°), Angle moyennement aigu (45°), Angle droit (90°)

Forme des limbes des feuilles

Forme des limbes des feuilles - de gauche à droite : Petits et cordiformes, Elliptiques, Ovés, Larges et elliptiques, Obovales, Lancéolés, Globuleux

Forme de la pointe des feuilles

Forme de la pointe des feuilles - de gauche à droite : Obtuse, Légèrement pointue, Moyennement pointue, Fortement pointue, Très fortement pointue

Oreillettes des feuilles

Oreillettes des feuilles - de gauche à droite : Absentes ou très faibles, Faibles, Moyennes, Fortes, Très fortes

Forme des feuilles en section transversale

Forme des feuilles en section transversale - de gauche à droite : Concave, Platte, Convexe

Profil longitudinal des feuilles

Profil longitudinal des feuilles - de gauche à droite : Droites, Fortement recourbées

Largeur des limbes à la base des feuilles

Largeur des limbes à la base des feuilles - de gauche à droite : Très, étroits, Étroits, Moyens, Larges

Forme de l'inflorescence

Forme de l'inflorescence - de gauche à droite : Sphérique, Plus ou moins sphérique, Conique, Conique double

Forme de l'extrémité de la corolle

Forme de l'extrémité de la corolle - de gauche à droite : Absente à très faible, Très prononcée

Sarrasin

Forme des feuilles

Forme des feuilles - de gauche à droite : Ovoïde, Hastée, Pointe en flèche, Forme de coeur

Densité de l'inflorescence terminale

Densité de l'inflorescence terminale - de gauche à droite : Ombelle lâche, Ombelle semi-compacte, Ombelle compacte

Degré de remplissage des graines

Degré de remplissage des graines - Rondes
Degré de remplissage des graines - de gauche à droite : Bien remplies, Légèrement remplies, Très légèrement remplies

Betterave à sucre

Forme de la racine dans la coupe longitudinale

Betterave à sucre - Forme de la racine dans la coupe longitudinale - de gauche à droite : transverse étroite elliptique, transverse moyenne elliptique et circulaire
Betterave à sucre - Forme de la racine dans la coupe longitudinale - de gauche à droite : obovale, oblongue étroite et obovale très étroite

Forme de l'apex des racines

Betterave à sucre - Forme de l'apex des racines - de gauche à droite : pointu, arrondi, plat et abaissé

Quinoa

Dentelure foliaire

Quinoa - Dentelure foliaire - de gauche à droite : Absent ou faible, Moyen, et Forte

Angle de la feuille de base

Quinoa - Angle de la feuille de base - de gauche à droite : Aiguë, Obtus, et Tronquer

Date de modification :