Sélection de la langue

Recherche

Instructions particulières du programme des semences : Procédures d'inspection des cultures de crucifères à pollinisation libre et d'hybrides

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

IP 142.1.2-4

Table des matières

Date

Cette version des Instructions particulières du programmes des semences (IP) 142.1.2-4 Procédures d’inspection des cultures de crucifères à pollinisation libre et d'hybride a été publiée le 1 mai 2019.

Personne - Ressource

La personne responsable des IP du Programme des semences est gestionnaire national, Section des semences. Veuillez faire parvenir tous vos commentaires au sujet du contenu du présent document au gestionnaire national à l'adresse suivante : cfia.seed-semence.acia@canada.ca.

Examen

Les présentes IP font l'objet d'un examen périodique. Les changements nécessaires leurs seront apportés pour qu'elles continuent de satisfaire les exigences de l'heure.

Approbation

Les présentes IP du Programme des semences sont approuvées par :

space
Directeur, Division des produits végétaux

space
Date

Distribution

La version la plus à jour du présent document se trouvera sur le site Web de l'ACIA. De plus, le gestionnaire national de la Section des semences conservera la copie originale signée. Une copie de la version la plus récente est disponible sur demande à l'adresse suivante : cfia.seed-semence.acia@canada.ca.

0.0 Introduction

On réfère deux espèces au colza oléagineux: Brassica napus et B. rapa (aussi nommé B. campestris). Ces espèces sont communément appelées canola-colza et canola-navette, respectivement, mais rarement à l'extérieur du Canada.

Les cultures de Brassica sont également classées selon leur utilisation finale. Bien que la production canadienne de canola soit principalement destinée à la fabrication d'huile et à l'alimentation des animaux, certaines variétés de B. napus peuvent aussi servir de fourrage. Certaines variétés de B. rapa peuvent être utilisées en pâturages ou cultivées pour leurs racines comestibles, comme le chou-rave, le chou-navet, le rutabaga, le moutarde-navet et le navet fourrager.

D'autres Brassica ainsi que d'autres cultures apparentées sont croisés pour produire une huile de qualité canola. Des variétés de B. juncea de qualité canola ont été développées, et d'autres espèces de type canola sont en voie de développement.

Au Canada on cultive également des variétés de colza oléagineux à forte teneur en acide érucique (COTAÉ) destinées à la production d'huiles industrielles. Les variétés de B. juncea de qualité canola et les variétés de types COTAÉ sont exigées d'un enregistrement contractuel et doivent être produites dans le cadre d'un système de gestion de la qualité.

Végétaux aux caractères nouveaux

De nombreuses variétés de canola sont des végétaux à caractère nouveau (VCN). Un VCN est une plante qui contient un caractère nouveau pour l'environnement canadien et susceptible de compromettre l'utilisation spécifique et la sécurité de la plante, sur le plan de l'environnement et de la santé humaine. Ces caractères peuvent être introduits par l'utilisation de la biotechnologie, de la mutagenèse ou de techniques conventionnelles d'amélioration génétique et peuvent avoir une incidence sur l'envahissement comme les mauvaises herbes, le flux génétique, les phytoravageurs potentiels, les organismes non visés et la biodiversité.

1.0 Portée

L'inspection des cultures de semences de généalogie contrôlée a pour objet de fournir une évaluation impartiale, pour l'Association canadienne des producteurs de semences (ACPS) sur l'isolement, l'état général et la pureté des cultures. C'est la responsabilité de l'inspecteur de cultures de semence de décrire la culture et son milieu environnant tels qu'il les a observés au moment de l'inspection.

Ces IP décrivent les procédures qui seront appliquées par l'inspecteur de cultures de semence chargé d'inspecter des cultures de semences de statut généalogique de canola de pollinisation libre et d'hybride, de moutarde, de radis oléagineux et de colza. Ces procédures d'inspection de cultures de semence provises à l'ACPS la confiance que la production a été mesurée à l'aune des exigences en matière de pureté variétale des cultures de semence et des normes de culture de semence prescrites dans les « Règlements et procédures pour la production des semences pédigrées » (Circulaire 6) de l'ACPS.

2.0 Références

Les publications consultées pour la préparation de ces IP sont lesquelles identifiées au Cadre réglementaire du programme des semences (CRPS) 101 – Définitions, acronymes et références pour la program des semences ainsi que :

3.0 Définitions

Pour les besoins de ces IP, les définitions données dans le CRPS 101, dans la Circulaire 6, ainsi que les définitions suivantes s'appliquent.

Lignée A
la lignée stérile mâle; lignée ou population stérile mâle; les plantes femelles qui ne produisent pas de pollen; la ligné femelle dont les semences de la progéniture est récolté.
Lignée B
la lignée ou population fertile mâle capable de maintenir la stérilité mâle dans la descendance de la lignée A; la lignée ou population qui, lorsqu'elle est croisée avec des plantes stériles mâles (lignée A), maintient la stérilité mâle; la lignée mâle qui produit du pollen viable
Variété composite
une population végétale dans laquelle au moins 70 % des descendants; proviennent du croisement des lignées parentales; une variété produite par l'ensemencement d'un mélange physique de lignées parentales selon des proportions déterminées
Hybride double
la première génération issue d'un croisement de deux hybrides simples Fondation
Hybride simple Fondation
le croisement simple utilisé dans la production d'un hybride double, d'un hybride à trois voies Fondation ou d'un hybride à pollinisation libre (top-cross)
Hétérosis
la vigueur marquée ou capacité à la croissance souvent visible dans la descendance d'un croisement sexuel entre des organismes d'antécédents génétiques divers; l'augmentation de la vigueur des hybrides par rapport à leurs lignées parentales autofécondées.
Hybride
première génération provenant d'un croisement entre deux plantes différentes de la même espèce et qui donne souvent comme résultat une plante plus vigoureuse et plus performante que l'un ou l'autre des parents
Hybridation
le croisement d'individus génétiquement différents afin d'obtenir des variétés présentant de nouvelles combinaisons génétiques
Lignée de restauration
lignée ou population utilisée comme parent mâle qui a la capacité de rétablir la fertilité de lignées ou de populations stériles mâles lorsque croisée avec elles
Hybride simple
la première génération d'un croisement entre deux lignées parentales autofécondées déterminées ou entre des populations parentales relativement homogènes
Select synthétique
la mélange physique, selon des proportions déterminées, de semences récoltées de parcelles de statut Sélectionneur ou Fondation utilisées dans la production de cultures de semences de statut Certifiées de variétés composites; les cultures semées avec des semences de statut Select synthétiques de canola ou de colza sont destinées seulement au statut Certifié.
Hybride à trois voies
la première génération issue d'un croisement d'une lignée ou d'une population parentale autofécondée et d'un hybride simple Fondation
Hybride à pollinisation libre (top-cross)
le première génération issue du croisement d'une lignée parentale autofécondée et une variété à pollinisation libre

4.0 Exigences d'inspection spécifiques

L'inspection des cultures de semences généalogiques de crucifères devrait être menée en conformité avec les instructions de Procédure du système qualité (PSQ) 142.1 - Programme d'inspection des cultures de semences généalogiques et de IP 142.1.1 - Inspections des cultures de semences généalogiques ainsi que les instructions fournies dans ces IP.

4.1 Préparation pour l'inspection

La floraison débute par les boutons les plus bas de la tige principale et se poursuit vers le haut par trois à cinq nouvelles fleurs ou plus par jour. Les cultures de Brassica doivent être inspectées lorsque les premières fleurs sont ouvertes sur la partie la plus basse de la tige principale. Pour les cultures ensemencées au printemps, le nombre de jours écoulés jusqu'à la première floraison (lorsque 50 % des plantes portent une ou plusieurs fleurs écloses) peut varier entre 30 et 50 pour B. rapa et les moutardes, et entre 40 et 60 pour B. napus. L'inspecteur doit se référer au formulaire d'application pour connaître les dates d'ensemencements, ou contacter le producteur si celles-ci ne sont pas indiquées sur le document. La description de la variété (DV) fournit des renseignements sur les jours de floraison de chacune des variétés. Ce renseignement peut servir à déterminer le meilleur moment pour l’inspection des cultures de semences pour cette variété.

4.2 Exigences de l'inspection

Les cultures de crucifères doivent être inspectées lorsque les plantes sont en floraison. L'inspection peut se faire au plus tôt lorsque toutes les plantes dans le champ portent au moins une fleur éclose.

Les cultures de crucifères sont inspectées pour leurs distances d'isolation, la pureté variétale, les autres sortes de cultures, les mauvaises herbes nuisibles à reporter, et les sources de de pollen contaminants. Lorsque les espèces qui peuvent se croiser librement avec la culture sont retrouvées dans la zone d'isolation, du temps supplémentaire sera requis pour vérifier les conditions d'isolation. L'inspecteur de cultures de semence doit se référer à la Circulaire 6 pour connaître les distances d'isolement minimales qu'il faut mettre entre la culture et les cultures qui pourraient la contaminer.

En plein soleil, les reflets de lumière provenant de leurs fleurs jaunes peuvent êtres durs pour les yeux. De plus, leurs fleurs produisent un nectar abondant qui est collant et attrape facilement le pollen de la culture.

Pour ne pas transférer de pollen entre les différentes variétés, les inspecteurs doivent prendre les précautions nécessaires. Lorsque possible, ils doivent répartir les inspections de mêmes variétés sur une même journée en essayant de la remplir en entier. Si cela n'est pas possible, les inspecteurs doivent porter des pantalons imperméables qui pourront être nettoyés entre les cultures ou porter des costumes jetables en Tyvek.

La tolérance à certains herbicides des variétés de canola tolérant aux herbicides n'est pas une caractéristique naturelle propre aux populations indigènes de canola d'Amérique du Nord. Étant donnée la biologie du canola, il est difficile d'obtenir une population totale de semences qui donneront des plantes tolérantes à ces herbicides. En conséquence, les producteurs indiqueront le niveau acceptable de plantes qui risquent d'être sensibles à un herbicide donné pour ces variétés, mais dont tous les autres caractères spécifiques à ces variétés tolérantes sont respectés. Le niveau acceptable de variantes dépend, dans une large mesure, du fait que la variété est hybride, composite ou à pollinisation libre.

4.2.1 Les cultures de semences d'hybride et composite

L'inspection des cultures de semences de canola hybride doit être effectuée lorsque les plantes de la lignée A sont en floraison. Les cultures de semences issues d'une seule lignée parentale devraient être inspectées de la même manière que les cultures de crucifères de pollinisation libre.

Les semences de canola hybride sont produites par le croisement contrôlé de deux lignées parentales autofécondées. Les semences doivent respecter des normes particulières en ce qui concerne le pourcentage de plantes hybrides autorisé dans les semences vendues. Les semences des lignées mâles et femelles autofécondées sont généralement plantées séparément en rangs ou en bandes dans le champ de production de semences, et les rangs de bordure sont souvent ensemencés avec la lignée parentale mâle. Lors de l'inspection des cultures de semences de canola hybride dans lesquelles les semences parentales mâles et femelles ont été plantées séparément en rangs ou en bandes, les comptes officiels ne concernent que la lignée A, puisque les plantes de la lignée B et de la lignée R sont habituellement enlevées avant la grenaison et ne sont pas récoltées pour la production de semences. Les impuretés présentes dans la lignée B et la lignée R sont rapportés uniquement lorsque ces impuretés ne sont pas observées dans la superficie de comptage.

Pour les semences de canola composite, les semences des lignées parentales sont mélangées selon des proportions déterminées et sont plantées comme un mélange. Le pourcentage requis de plantes hybrides dans le produit final est généralement plus bas. L'inspecteur de cultures de semence n'a pas à déterminer les pourcentages relatifs des lignées parentales mâles et femelles dans les champs qui ont produit des variétés composites. Lors de l'inspection des cultures produisant des variétés composites ou des variétés hybrides au moyen des méthodes de semences parentales mixtes, le compte des impuretés (hors-types, cultures difficiles à distinguer, et des mauvaises herbes) est effectué de façon représentative dans l'ensemble du champ.

La DV fournit des renseignements limités sur le mécanisme de pollinisation dirigée pour produire l'hybride, car il s'agit d'un renseignement qui est considéré comme un renseignement commercial confidentiel. Il existe deux principaux types de contrôle de la pollinisation : la stérilité mâle génétique et la stérilité mâle cytoplasmique. La connaissance du système de stérilité utilisé dans le système hybride est utile pour les inspections de cultures de semences, puisque certains systèmes de stérilité possèdent des particularités morphologiques qui leur sont propres.

Les inspecteurs de cultures de semence peuvent trouver des plantes dont la disposition des pétales est anormale ou qui présentent des pétales supplémentaires ou déformés. Ces anomalies peuvent être plus nombreuses dans certains systèmes de contrôle de la pollinisation. L'inspecteur doit alors utiliser ses connaissances du mécanisme de contrôle de la pollinisation pour déterminer si ces plantes sont des hors-types qui doivent être rapportés dans les comptages.

Lorsque l'inspecteur trouve des plantes fertiles mâles dans la lignée A, celui-ci doit évaluer à quel point la fertilité mâle est évidente dans la lignée A, et décider si ces plantes doivent être incluses dans le comptage des hors-types ou si elles sont le résultat d'une défaillance de la stérilité mâle attribuable aux conditions environnementales. Si toutes les fleurs sur la plante sont mâles fertiles, il est considéré comme un hors-type. Si seulement quelques fleurs sur la plante sont mâles fertiles, cela peut indiquer une défaillance de la stérilité mâle attribuable aux conditions environnementales ou, dans certains systèmes de production, à l'élimination incomplète des plantes fertiles vulnérables aux herbicides. Cela doit être signalé dans la section de commentaires du rapport.

L'inspecteur de cultures de semence peut trouver des plantes stériles mâles dans la lignée A d'apparence cireuse ou d'un vert plus foncé que la couleur normale de la variété. Ces plantes doivent être consignées dans les comptages dans la catégorie « Hors-types ou autres variétés ».

L'inspecteur doit se référer à la Circulaire 6 pour connaître les distances d'isolement appropriées pour chacune des cultures de semences. Pour le canola hybride, une vérification rapide de la zone d'isolement complète est réalisée, et la zone d'isolement de 200 à 800 m est examinée avec attention uniquement si un problème est relevé lors de l'inspection rapide.

4.2.2 Les lignées autofécondées

L'inspecteur de cultures de semence doit inspecter les champs des lignées parentales autofécondées de la même manière qu'il inspecte les autres cultures de crucifères. Dans certains cas, les lignées autofécondées sont des hybrides de deux autres lignées autofécondées et devraient être inspectées de la même façon que les autres cultures de canola hybride. Dans d'autres cas, les semences d'une lignée autofécondée sont plantées comme une seule variété et devraient être inspectées comme les cultures de pollinisation libre.

4.2.3 L'inspection des parcelles

Les inspecteurs de cultures de semence doivent suivre une formation particulière et être agréés pour pouvoir inspecter les parcelles. Consulter les IP 142.1.1 pour des instructions détaillées sur l'inspection des parcelles.

Les rangs de bordure entourant les parcelles de cultures des espèces de Brassica doivent être ensemencés avec les mêmes semences que celles utilisées dans les rangs de parents pollinisateurs (mâles). Les rangs de bordure doivent être ensemencés pour que leur floraison se produise en même temps que celle des rangs de parents pollinisateurs (mâles), mais surtout en même temps que la floraison des plantes femelles réceptives de la culture inspectée.

Les semences des espèces de crucifères de hautes générations peuvent être produites dans des cages d'isolement ou sous des tentes. De façon générale, les procédures d'inspection demeurent les mêmes, cependant les distances d'isolement sont plus petites et l'inspecteur de cultures de semence doit vérifier l'intégrité de la tente (trous ou ouvertures). Les procédures détaillées d'inspection des tentes sont disponibles auprès de l'ACPS.

4.3 Préparation du rapport d'inspection de récoltes de semence

En ce qui concerne les cultures de crucifères hybrides et à pollinisation libre, l'inspecteur doit effectuer les comptages des hors-types/autres variétés de la même espèce, des plantes d'espèces qui peuvent faire de la pollinisation croisée , des plantes d'espèces ayant des semences difficiles à séparer, et des mauvaises herbes à déclarer dans les comptages qui sont spécifiés dans l’IP 142.1.1 Annexe VII. La partie « Cultures à pollinisation libre » de la section sur l'isolement du Rapport d'inspection des cultures de semences sert à signaler ce qui est trouvé à l'intérieur des zones d'isolement.

Lorsqu'on retrouve du gaillet gratteron et de la moutarde des oiseaux à moins de 3 m de la culture de Brassica inspectée, l'isolement devrait être désigné comme étant « mauvais », car ces mauvaises herbes sont considérées comme des contaminants mécaniques. Lorsque vient le temps de classer une condition d'isolement, classez toujours la plus grande zone d'isolement requise qui est énumérée dans la Circulaire 6 de la culture inspectée. Par exemple, si une culture requiert une distance d'isolement de 100 m d'une espèce, mais 200 m de l'autre, l'inspecteur doit faire le rapport sur 200 m.

4.3.1 Rapporter des cultures crucifères d'hybride

Si l'on trouve des plantes hors-type dans la lignée A qui sont source de pollen contaminant, elles sont rapportées dans la section « Hors-types ou autres variétés » du Rapport d'inspection de cultures de semences.

Les plantes femelles partiellement mâles fertiles (qui sont en mesure de produire du pollen viable) sont considérées comme hors-types. Lorsqu'on les retrouve en dehors du comptage, elles sont rapportées dans la section « Commentaires » du Rapport d'inspection de cultures de semences.

Pour la production hybride, la distance qui sépare le champ des cultures qui risquent de le contaminer doit être notée dans la section « Cultures à pollinisation libre ». Par exemple, B. carnita, 25 plantes, 50 m au nord, au stade rosette.  S'il n'existe aucune culture de ce type, inscrire « Aucune à moins de x m du champ », où x m correspond à la plus grande distance d'isolement prescrite.

Lorsque des cultures de la même variété sont plantées avec des semences de statut Certifiées à l'intérieur de la distance d'isolement minimale, la classe généalogique de ces semences doit être vérifiée et la zone d'isolement doit être exempte de toute autre source de pollen contaminant.

Si une semence mélangée a été plantée pour produire une culture de canola hybride, cela doit être noté dans la section « Commentaires » du Rapport d'inspection de cultures de semences.

Si des rangs de bordure sont utilisés, et que l'on y plante des semences d'une lignée parentale mâle, ces derniers seront considérés comme faisant partie du champ et feront l'objet d'une inspection comme telle. Les contaminants trouvés dans les rangs de bordure sont notés dans la section « Commentaires » du Rapport d'inspection de cultures de semences. Dans certains cas, les producteurs peuvent choisir de ne pas inclure la zone comprenant les rangs de bordure dans leur consignation de la superficie totale du champ, ce qui peut apparaître comme étant une anomalie de la superficie du champ inspecté.

Annexes

Annexe I : La biologie de Brassica

Brassica napus se reproduit principalement par autofécondation. Toutefois, dans certains milieux, on peut observer des taux de pollinisation croisée pouvant atteindre 27 %. B. rapa est une espèce à pollinisation croisée obligatoire. On cultive deux types de B. napus au Canada : le canola de printemps, qui est le plus populaire, et le canola d'hiver, dont on trouve sur le marché les variétés à pollinisation libre et les variétés hybrides. Le canola d'hiver doit être exposé à une période de froid pour fleurir, et ne doit pas être confondu avec le canola de printemps ensemencé l'automne, qui est enrobé d'une couche protectrice de polymère pour une germination rapide tôt au printemps.

La floraison débute par les boutons les plus bas de la tige principale et se poursuit vers le haut par trois à cinq nouvelles fleurs ou plus par jour. L'éclosion des boutons les plus bas de la tige secondaire commence deux ou trois jours après le début de l'éclosion des boutons de la tige principale. Dans des conditions normales de croissance, la floraison de la tige principale se poursuit pendant deux à trois semaines, tant chez le B. napus que chez le B. rapa.

Les fleurs commencent à s'ouvrir tôt le matin et, avec le déploiement total des pétales, le pollen est dispersé par le vent et les insectes. Les fleurs demeurent réceptives au pollen jusqu'à trois jours après leur ouverture. En temps favorable, chaud, et sec, presque tout le pollen sera dispersé le premier jour de l'ouverture de la fleur. Les pétales se referment partiellement en soirée pour s'ouvrir à nouveau le lendemain matin. La fécondation survient dans les 24 heures suivant la pollinisation, après quoi les fleurs demeurent fermées, leurs pétales fanent et tombent. La jeune silique devient visible au centre de la fleur un jour après la chute des pétales.

Pendant la floraison, les tiges continuent de s'allonger à mesure que de nouvelles fleurs s'ouvrent et se transforment en siliques. Ainsi, les premiers boutons floraux à éclore deviennent les premières siliques à la base de la tige principale et secondaire. On retrouve au-dessus des siliques des fleurs ouvertes et, au-dessus de ces dernières, des boutons qui plus tard écloront. L'ouverture de tous les boutons sur la tige principale sera probablement visible avant trois jours après le début de la floraison chez B. napus, et avant dix jours chez B. rapa.

Caractéristiques des cultures de Brassica

Le tableau suivant présente les caractéristiques qui peuvent servir à différencier les cultures Brassica rapa, B. napus, B. juncea, Sinapis alba et B. carinata.

Caractéristiques des cultures de Brassica
Caractère B. rapa B. napus B. juncea Sinapis alba B. carinata
Feuilles de la plantule Face inférieure épineuse, froissée Face inférieure glabre, lisse Face inférieure glabre, lisse Face inférieure épineuse, très froissée Dessous glabre et lisse
Feuilles Jaune-vert à vertes, feuilles supérieures embrassantes Cireuses, bleu-vert, partiellement embrassantes Vertes, dépassant l'extrémité de la tige, feuilles inférieures lobées; feuilles supérieures effilées et entières Vert pâle, profondément lobées, dépassant l'extrémité de la tige Bleues-vertes, dessous glabre, entières, dépassant l'extrémité de la tige, peut-être teinte pourpre
Fleurs Petites, pétales d'un jaune sombre, boutons floraux en groupes compacts, portés au-dessous des fleurs écloses (inflorescences en ombelle) Grandes, pétales jaune clair, boutons surplombant les fleurs écloses supérieures Jaune pâle, semblables à celles de B. rapa Petites, jaune moyen, formant une grappe allongée

Jaune, jaune pâle, ou blanc, formant une grappe allongée, boutons au dessus des fleurs ouvertes

(Les fleurs jaunes et jaunes pâles de B. carinata se changent souvent blanche un ou deux jours après épanouissement.)

Tiges Lisses Lisses Lisses Pubescentes Lisses
Siliques Petites, courtes, à bec lisse, long et conique, portées à angle droit sur l'axe principal Grosses, de longueur moyenne, à bec lisse, conique et de longueur moyenne, portées à angle droit sur l'axe principal Lisses, à bec long et conique, partiellement embrassantes Épineuses, à bec long et plat, portées à angle droit sur l'axe principal Lisses, à bec long et conique, partiellement embrassantes
Pollinisation Pollinisation croisée obligatoire Autofécondation principalement Autofécondation principalement Pollinisation croisée obligatoire Autofécondation principalement
Port Plant très ramifié (jusqu'à 20 tiges) à structure plus ou moins nette, ce qui rend difficile l'identification de la tige principale, hauteur de 50 à 125 cm Plant moins ramifié, plus dense et plus grand, hauteur de 75 à 175 cm Plant moins ramifié, long et dressé, de hauteur intermédiaire Tiges secondaires moins nombreuses, plant dressé, plus court Moyenne à très ramifiée, moyenne à haute

Annexe II : Maladies pouvant affecter l'apparence des plantes

Flétrissure fusarienne – Fusarium avenaceum et F. oxysporum

Hernie – Plasmodiophora brassicae

Pourridié – complexe de Rhizoctonia solani, Fusarium spp. et Pythiuim spp.

Cerne brun de la racine – Rhizoctonia solani avec les infections sécondaires de Fusarium spp.

Jambe noire faiblement virulente – Leptosphaeria maculans

Jambe noire virulente – Leptosphaeria maculans

Pourriture sclérotique – Sclerotinia sclerotiorum

Tache noire – Alternaria brassicae

Tache blanche ou tige grise – Pseudocercosporella capsellae

Rouille blanche (bois de cerf) – Albugo candida

Jaunisse de l'aster – Phytoplasma

Annexe III : Carences nutritives pouvant affecter l'apparence des plantes

Symptômes de carence en soufre

Dans les champs caractérisés par une légère carence en soufre, le rendement du canola risque de baisser dans une mesure importante sans qu'on puisse observer de symptômes manifestes sur les plantes. Les symptômes ne deviennent visibles que dans les cas de carences graves. Ils apparaissent le plus souvent pendant la formation des bourgeons et à la floraison puisque les besoins en soufre des plantes augmentent pendant cette période. Comme le soufre fait partie d'une protéine, il n'est pas mobile dans les plantes et n'est pas facilement transféré des feuilles inférieures aux feuilles supérieures plus jeunes. Ainsi, les feuilles les plus jeunes, les fleurs et les siliques souffrent davantage de cette carence que les feuilles inférieures, plus vieilles. Lorsque les réserves en soufre du sol sont limitées, les parties les plus jeunes des plantes sont celles qui en sont privées.

La carence de souffre provoque au début un jaunissement généralisé des feuilles les plus jeunes puisque le souffre joue un rôle important lors de la production de la chlorophylle. Ce jaunissement se propage graduellement à toutes les feuilles. Dans les carences graves les feuilles restent petites et se recourbent, particulièrement dans la partie supérieure de la plante, et le dessous des feuilles prend une couleur violette. Les symptômes ne sont pas aussi prononcés sur les feuilles inférieures.

Lors de carence modérée, on peut voir les feuilles supérieures recourbées, alors que les feuilles inférieures paraissent normales. Les fleurs sont souvent plus pâles que la normale pour la variété: jaune pâle au lieu de jaune foncé, ou presque blanches au lieu de jaune pâle. La floraison est retardée et prolongée de sorte qu'à la maturité, les plantes touchées portent à la fois des siliques mûres, des siliques vertes, des fleurs et des bourgeons floraux. Les feuilles, les tiges et les siliques prennent une teinte violet rougeâtre. Les siliques se développent lentement, sont petites et contiennent des graines moins nombreuses et rabougries. Le nombre de siliques diminue et la fréquence des siliques avortées et de graines rabougries augmentent graduellement vers l'extrémité des plantes. Les plantes sont souvent plus érigées parce que leurs siliques sont plus légères et que leurs tiges sont plus courtes et ont tendance à être ligneuses. Les symptômes apparaissent souvent par groupes dans la culture et sont faciles à distinguer lorsque les plantes sont à maturité. Toutefois, lors de carence grave, un champ en entiers peut être touché.

Symptômes de carence en azote

Des plants de canola sains et vigoureux qui ne manquent pas d'azote sont habituellement verts foncés. L'apparition de feuilles et de tiges vertes pâles est le premier symptôme d'une carence en azote. Chez une plante carencée, l'azote des feuilles les plus vieilles est redistribué aux plus jeunes pour que la croissance se poursuive, de sorte que les feuilles du bas de la plante démontrent le jaunissement caractéristique de la carence. Les autres feuilles peuvent prendre une couleur jaune verdâtre et souvent deviennent violacées. Les feuilles les plus vieilles peuvent finir par faner. La croissance est ralentie et les tiges principales sont grêles et courtes, ainsi que peu ramifiées. La densité du couvert est réduite, la période de floraison est raccourcie, et le nombre de siliques est restreint.

Symptômes de carence en phosphore

La carence en phosphore limite la croissance des racines et des parties aériennes de la plante. Le système radiculaire des plantes touchées est réduit, les tiges principales sont grêles, érigées et peu ramifiées, et les feuilles sont petites et étroites. La carence grave peut provoquer l'apparition d'une coloration verte bleuâtre foncée sur les feuilles, souvent accompagnée d'une teinte violacée. Les tiges prennent aussi parfois une couleur verte bleuâtre, elles sont parfois teintées de violet ou de rouge.

Symptômes de carence en potassium

La carence en potassium provoque un ralentissement de la croissance des plantes, de sorte que les feuilles sont plus petites et les tiges, plus frêles. Les plantes touchées réagissent également moins bien aux apports en azote et en phosphore, et ont tendance à faner. En cas de carence grave, le bord des feuilles les plus vieilles jaunit ou roussit; il peut arriver que ces feuilles meurent, mais elles restent attachées à la tige.

Annexe IV : Description et illustration de la moutarde et du canola

La feuille :

Diagramme - feuille de la moutarde et du canola. Description ci-dessous.
Description du diagramme illustrant la feuille de la moutarde et du canola :

Le dessin illustre une feuille ovale sur laquelle sont indiquées des mesures du limbe (n'incluant pas le pétiole), la longueur totale (incluant le pétiole) et la largeur du limbe.

Forme du limbe, y compris les lobes (forme générale du limbe)

La forme générale du limbe est déterminée par le rapport largeur/longueur.

Diagramme - forme du limbe. Description ci-dessous.
Description du diagramme illustrant la forme du limbe :

Trois feuilles sont illustrées : forme orbiculaire (plus ou moins circulaire), forme elliptique large (ovale) et forme elliptique droite (ovale et étroite).

Feuille : pétiolées ou lyrées

Chez les feuilles lyrées, le limbe borde toute la longueur du pétiole.

Diagramme - feuilles lyrées. Description ci-dessous.
Description du diagramme illustrant des feuilles lyrées :

Le dessin illustre trois feuilles comportant du tissu laminaire fixé le long de la longueur totale du pétiole : forme orbiculaire (plus ou moins circulaire), forme elliptique large (ovale) et forme elliptique droite (ovale et étroite).

Chez les feuilles pétiolées, le pétiole est essentiellement dénudé, et peut porter des bractées.

Diagramme - feuilles pétiolées. Description ci-dessous.
Description du diagramme illustrant des feuilles pétiolées :

Le dessin illustre trois feuilles comportant peu ou pas de tissu laminaire le long du pétiole; forme orbiculaire (plus ou moins circulaire), forme elliptique large (ovale) et forme elliptique droite (ovale et étroite).

Feuille : forme de l'apex

Diagramme - forme de l'apex de la feuille. Description ci-dessous.
Description du diagramme illustrant la forme de l'apex de la feuille :

Le dessin illustre l'extrémité de trois feuilles : apex aigu avec une extrémité très pointue, apex intermédiaire avec une extrémité plus large et apex moins pointu et arrondi.

Feuille : développement des lobes

Le lobe est une portion du limbe d'au moins 2 cm de longueur, séparée par des échancrures allant au moins jusqu'à mi-distance de la nervure médiane. La portion apicale de la feuille est assimilée à un lobe.

Diagramme - développement des lobes de feuilles. Description ci-dessous.
Description du diagramme illustrant le développement des lobes de feuilles :

Le dessin illustre cinq feuilles variant d'une feuille avec des lobes absents à très faible, faibles, moyens, importants à très importants (avec plusieurs lobes profondément découpés).

Feuille : forme des lobes

Feuille : forme des lobes - aiguë

Diagramme - lobes de forme aiguë. Description ci-dessous.
Description du diagramme illustrant des lobes de forme aiguë :

Le dessin illustre cinq feuilles qui comportent toutes des extrémités formant un angle aigu, variant d'une feuille aux marges lisses à des feuilles aux marges ondulées.

Feuille : forme des lobes - arrondie

Diagramme - lobes de forme arrondie. Description ci-dessous.
Description d'un diagramme illustrant des lobes de forme arrondie :

Le dessin illustre cinq feuilles, variant d'une feuille aux marges lisses à des feuilles aux marges ondulées.

Feuille : forme de la marge

Décrire la marge du tiers supérieur de la feuille la plus grande.

Diagramme - forme de la marge d'une feuille. Description ci-dessous.
Description d'un diagramme illustrant la forme de la marge d'une feuille :

Ce diagramme illustre une feuille dont le tiers supérieur est délimité; et quatre formes de marge variant entre lisse, ondulée, à dents arrondies et à dents acérées.

Feuille : profondeur des échancrures de la marge

Diagramme - échancrures de la marge. Description ci-dessous.
Description d'un diagramme illustrant les échancrures de la marge :

Le premier diagramme délimite une section de la marge d'une feuille, et le second indique la mesure entre la bordure extérieure de la marge et la bordure intérieure de l'échancrure.

Silique : longueur et largeur; longueur du bec, longueur du pédicelle

Diagramme - silique. Description ci-dessous.
Description d'un diagramme illustrant la silique :

La silique est de forme ovale, mince et allongée avec un bec pointu fin à une extrémité et un pédicelle arrondi plus large à l'autre extrémité. Le bec et le pédicelle sont environ de la même longueur, et sont tous les deux plus courts que la silique.

Fleurs : espacement des pétales

N'observer l'espacement des pétales que sur des fleurs complètement écloses.

Diagramme - espacement des pétales. Description ci-dessous.
Description d'un diagramme illustrant l'espacement des pétales :

Le dessin illustre cinq fleurs comportant divers types d'espace de pétales – écartés, séparés, accolés, chevauchants et très chevauchants.

Plante : hauteur totale (cm)

Mesurer au moins 30 plantes matures. La hauteur totale est la distance mesurée de la surface du sol à l'extrémité de la tige la plus longue. Pour déterminer la hauteur totale, ramasser toutes les tiges en un seul faisceau pour que la mesure porte sur la tige la plus longue.

Annexe V - Diagramme de radis cultivé (Raphanus sativus)

Diagramme - plant de radis cultivé. Description ci-dessous.
Description d'un diagramme illustrant un plant de radis cultivé :

le dessin illustre le plant en entier, de la racine à l'extrémité fleurie, et est dépeint comme suit :

  1. racine pivotante,
  2. segments de grande feuille,
  3. segments de petite feuille,
  4. pétales,
  5. siliques,
  6. ec sans semences
Date de modification :