Sélection de la langue

Recherche

La gestion des végétaux à caractères nouveaux

Qu'est-ce qu'un végétal à caractères nouveaux (VCN)?

Par végétal à caractères nouveaux (VCN), l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) entend une nouvelle variété d'une espèce qui possède un ou plusieurs caractères nouveaux pour l'espèce en question au Canada. Un caractère est considéré comme étant nouveau quand il présente les deux caractéristiques suivantes :

L'ACIA évalue l'innocuité des végétaux à caractères nouveaux au Canada. Cette évaluation doit se faire peu importe la méthode employée pour introduire le caractère nouveau, par exemple le génie génétique, la mutagénèse et la sélection génétique classique. En mettant l'accent sur les végétaux à caractères nouveaux plutôt que sur des méthodes de production, l'ACIA peut, contrairement à d'autres pays, évaluer l'innocuité d'un plus grand éventail de produits.

Qu'entend-on par « gestion »?

Il s'agit de la gestion minutieuse et responsable d'une chose dont quelqu'un a la charge, par exemple, un produit ou l'utilisation d'une technologie.

L'ACIA applique ce concept aux VCN. Elle doit prêter attention au cycle de vie de ces produits, et ce, même durant la partie suivant l'évaluation et l'approbation des produits en vue de leur dissémination dans l'environnement.

L'ACIA définit un plan de gestion comme un document qui décrit brièvement comment le produit ou la technologie sera géré ou dans quelles conditions il sera utilisé. L'ACIA exige des plans de gestion pour certains types de VCN.

Pour quels VCN faut-il présenter un plan de gestion dans le cadre de l'évaluation de l'innocuité?

L'ACIA exige que les créateurs prennent en main la partie suivant l'approbation du cycle de vie de leur produit. Les créateurs de produits peuvent le faire à l'aide de plans de gestion. Ils doivent appuyer la mise en oeuvre de ces plans tandis que les exploitants agricoles sont tenus de se soumettre aux exigences énoncées dans les plans. L'ACIA fournit une aide à l'élaboration, à l'utilisation et au suivi des plans de gestion.

Voici deux exemples de plans de gestion que les créateurs de produits sont tenus de soumettre à l'ACIA dans le cadre de l'évaluation de l'innocuité : un plan de gestion visant à prévenir l'apparition d'insectes qui résistent à des cultures résistantes aux insectes, et un plan de gestion visant à prévenir l'apparition de mauvaises herbes résistantes aux herbicides, à lutter contre les plantes spontanées tolérantes aux herbicides et à réduire l'apparition de plantes spontanées résistantes à plusieurs herbicides.

Pouvez-vous citer des exemples de végétaux résistants aux insectes?

Un insecticide populaire est le Bacillus thuringiensis (Bt). Il s'agit d'une bactérie d'origine naturelle présente dans le sol qui produit une toxine pouvant servir d'insecticide. Le Bt permet de lutter efficacement contre certains insectes tels que la mouche, le moustique, le doryphore de la pomme de terre et la pyrale du maïs.

Les exploitants agricoles ont recours au Bt depuis les années 1920; cet insecticide est offert sur le marché depuis les années 1950. Plus récemment, des végétaux ont été créés pour produire eux-mêmes une protéine Bt et ainsi être en mesure de résister à certains insectes nuisibles. Les végétaux génétiquement modifiés pour exprimer la protéine Bt peuvent résister à certains insectes nuisibles (les exploitants agricoles n'ont donc pas à appliquer l'insecticide sur leurs cultures pour les protéger). À l'heure actuelle, le maïs et les pommes de terre du Canada exprimant la protéine Bt ont été approuvés pour la dissémination en milieu ouvert.

Qu'est-ce qu'un plan de gestion de la résistance des insectes (GRI)?

Un plan de gestion de la résistance des insectes (GRI) est un plan de gestion élaboré pour retarder l'apparition chez les insectes d'une résistance aux végétaux dotés de propriétés antiparasitaires. Il sert donc à retarder l'évolution d'une population d'insectes sensible vers une population devenue impossible à réprimer à l'aide d'un pesticide.

Les insectes qui développent une résistance aux insecticides ne sont pas uniques aux végétaux issus de la biotechnologie. Les scientifiques savent depuis longtemps qu'une telle résistance est inévitable; elle ne peut qu'être retardée et gérée. Les plans de GRI servent à retarder l'apparition d'une résistance chez les insectes. Dans le cas de végétaux créés pour résister à certains insectes, comme le maïs Bt, les plans de GRI doivent comprendre une stratégie de refuge.

Une stratégie de refuge consiste à exposer une partie de la population d'insectes au maïs Bt tout en maintenant l'autre partie dans une zone où l'on cultive du maïs non-Bt (la « zone refuge »). Pour ce faire, il suffit de semer, en carrés ou en bandes, des variétés non traitées aux insecticides et qui ne produisent pas de protéine Bt sur une superficie donnée d'un champ commercial. On permet ainsi à une partie de la population sensible d'insectes de survivre et de se reproduire avec des insectes résistants, ce qui retarde l'apparition d'une population résistante.

Qu'est-ce qu'un plan de gestion de la tolérance aux herbicides (GTH)?

À l'instar des insectes, qui peuvent développer une tolérance aux insecticides, les végétaux peuvent devenir résistants, ou tolérants, à certains herbicides après y avoir été exposés à répétition. Les mauvaises herbes peuvent donc devenir résistantes aux herbicides, ce qui limitent les options des exploitants agricoles pour lutter contre elles. Un exploitant agricole pourrait devoir cultiver le sol, ce qui augmente l'érosion de ce dernier, ou encore employer une plus grande quantité d'herbicides pour lutter contre les mauvaises herbes.

Le plan de gestion de la tolérance aux herbicides (GTH) sert à retarder l'apparition d'une tolérance aux herbicides chez les mauvaises herbes et les espèces apparentées à un végétal tolérant aux herbicides. Il permet également de réduire le nombre de plantes spontanées résistantes à un ou plusieurs herbicides.

Que doit comprendre un plan de GTH?

Pour être efficace, le plan de GTH doit comprendre, entre autres, les éléments suivants :

Les plans de gestion sont-ils efficaces?

Les plans de gestion font partie intégrante d'une stratégie visant à surveiller et à gérer les effets à long terme de certaines cultures pour l'environnement. Ils constituent également une source de renseignements pour les exploitants agricoles.

La conformité aux plans de gestion fait l'objet d'un suivi par l'ACIA et ses partenaires. Les évaluations effectuées jusqu'à ce jour révèlent d'ailleurs un taux de conformité élevé. À titre d'exemple, les évaluations du taux de respect des plans de gestion par les agriculteurs de maïs Bt sont effectuées pour le compte de la Coalition canadienne contre les ravageurs du maïs (CCRM). Vous pouvez consulter les résultats de ces évaluations sur le site Internet de la CCRM.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :