Sélection de la langue

Recherche

Orientation opérationnelle : Principes généraux d'échantillonnage - Produits alimentaires, environnement, eau et glace

Bien que le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC) soit entré en vigueur le 15 janvier 2019, certaines exigences seront mises en œuvre progressivement au cours des 12 à 30 prochains mois. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les échéances pour le RSAC.

Sur cette page

1.0 Objet

Ce document vise à fournir au personnel d'inspection de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) les procédures générales d'échantillonnage des environnements de production alimentaire et alimentaire, ainsi que de l'eau et de la glace qui entrent en contact avec les aliments. Cette orientation veillera à ce que ces échantillons soient représentatifs de la nourriture et de l'environnement de production alimentaire.

Ce document est destiné à être utilisé en conjonction avec les procédures d'inspection standard (PIS) et les directives opérationnelles pour des produits alimentaires spécifiques.

Les directives décrites ci-dessous peuvent être utilisées pour vérifier la conformité d'un produit alimentaire, pour faciliter l'évaluation d'un sous-élément du Plan de contrôle préventif (PCP), dans le cadre d'une enquête sur la salubrité des aliments ou du suivi d'une plainte.

Les fréquences d'échantillonnage et les détails des unités d'échantillonnage sont fournis dans les activités et les plans d'échantillonnage de l' ACIA.

2.0 Autorité réglementaire

Les pouvoirs d'inspection, y compris l'autorisation de prélever des échantillons, par la législation susmentionnée sont identifiés et expliqués dans la Ligne directrice opérationnelle - Lignes directrices sur l'intervention réglementaire en matière d'aliments.

3.0 Documents de référence

4.0 Définitions

Sauf indication ci-dessous, les définitions figurent dans un des documents suivants :

Consommateur
Dernier utilisateur d'un produit (personne ou établissement, comme un hôpital, un hôtel, un organisme ou un restaurant, qui achète un produit pour sa propre utilisation).
Échantillon aléatoire
Échantillon obtenu lors d'un prélèvement au cours duquel tous les éléments dans le lot ont une chance égale ou indépendante d'être inclus dans l'échantillon.
Échantillon
Collecte d'une ou plusieurs unité d'échantilllons choisie dans un lot ou un environnement à des fins d'inspection. L'échantillon est constitué de toutes les unités d'échantillonnage prélevées d'un lot particulier aux fins d'examen et d'analyse.
  • une quantité de produits générés dans les mêmes conditions, le même jour, dans le même établissement;
  • une quantité du même type de produit du même producteur pouvant faire l'objet d'un échantillonnage à un endroit donné.
Plan d'échantillonnage
Définit le nombre d'unités d'échantillons ainsi que les critères d'acceptabilité et de rejet permettant de prendre une bonne décision d'inspection relativement à un lot.
Surfaces entrant en contact avec les aliments
Une surface qui entre en contact avec un aliment (SCA) se définit comme toute surface ou tout objet qui entre en contact avec le produit alimentaire PAM (ACIA, 2009).
Taille de l'échantillon (n)
Nombre d'unités d'échantillonnage constituant l'échantillon total et qui sont prélevés d'un lot ou d'une production.
Technique aseptique
Technique consistant à prélever un échantillon sans le contaminer ou contaminer l'environnement.
Taille de l'unité
Quantité d'aliment prélevé de chaque unité d'échantillonnage et qui servira à constituer l'échantillon prélevé aux fins d'analyse.
Taille du lot
Nombre d'unités du produit dans un lot.
Unité d'échantillonnage
Unité élémentaire prélevé d'un lot ou, portion élémentaire prélevé d'un lot, duquel sera prélevé une portion constituant la taille de l'unité

5.0 Acronymes

Les acronymes sont indiqués dans leur forme longue la première fois qu'ils sont utilisés et se trouvent dans la liste des acronymes du secteur d'activité des aliments.

6.0 Orientation opérationelle

6.1 Principaux généraux

  1. Suivre les principes d'une bonne hygiène personnelle; les inspecteurs ne doivent pas être une source de contamination :
    1. Nettoyer leurs mains, ongles,vêtements, chaussures/bottes à chaque visite
    2. Enlever leurs effets personnels et bijoux avant de prélever un échantillon
    3. Protéger les effets qui ne peuvent être enlevés (sous des vêtements ou des gants).
  2. Effectuer l'échantillonnage en préservant l'intégrité et la traçabilité de l'échantillon associé au lot, au moment du prélèvement jusqu'à la fin de l'inspection.
  3. Prélever les échantillons lorsqu'il est possible d'accéder à la totalité du lot sans perturbation. Si des conditions nuisent à l'échantillonnage, documenter le problème et en faire rapport au superviseur de l'inspection.
  4. Procéder au prélèvement des échantillons en commençant dans l'aire des produits finis (moins contaminée) et passer ensuite aux aires potentiellement contaminées, pour finir dans l'aire des matières premières et dans l'aire de réception.
  5. Effectuer le prélèvement des échantillons de manière aseptique pour éviter la contamination de l'échantillon, du produit, de l'environnement et de l'inspecteur.
  6. Étiqueter chaque unité d'échantillonnage avec renseignements appropriés pour que l'on puisse faire correspondre l'unité d'échantillonnage au formulaire de soumission d'échantillon. Les inscriptions doivent être lisibles et indélébiles.
  7. Utiliser un système d'identification des échantillons qui permet à un inspecteur de faire ce qui suit :
    1. attribuer un numéro d'identification unique à l'échantillon associé à un lot
    2. apposer tous les renseignements pertinents à l'échantillon
    3. documenter tous les renseignements d'échantillonnage à des fins de tenue de dossiers

6.2 Types de plans d'échantillonnage

Il existe différents types de plans d'échantillonnage qui se distinguent par leur conception et les objectifs de l'échantillonnage et de l'analyse. Il y a par exemple, les plans d'échantillonnage de surveillance, les plans d'échantillonnage dirigé, les plans d'échantillonnage de conformité ainsi que les échantillonnages relatives à des enquêtes éclairs ou des enquêtes spéciales. Ces termes sont décrits dans la Terminologie de l'Agence canadienne d'inspection des aliments et de Santé Canada en matière d'échantillonnage et d'analyse des aliments.

L'échantillonnage légal est une méthode judiciaire au cours de laquelle on doit assurer la continuité de la chaîne de possession. Elle est utilisée dans certaines conditions lorsqu'une action en justice constitue la mesure de suivi prévue. Des critères supplémentaires doivent être respectés durant la soumission des échantillons et les tests en laboratoire de ces derniers. Il y a lieu de demander un avis juridique avant d'entreprendre ces activités. (voir l'annexe 1 pour obtenir des conseils sur le prélèvement d'échantillons à des fins judiciaires)

6.3 Échantillonnage de produits alimentaires

6.3.1 Se préparer pour l'échantillonnage

Avant de prélever des échantillons, suivre les étapes suivantes au bureau :

  1. Planifier les activités d'échantillonnage pour éviterque les échantillons soient entreposés ou expédiés durant la fin de semaine.Certains laboratoires peuvent accepter les échantilons pendant la fin de semaine, mais il est préférable de communiquer avec eux au préalable afin de vérifier s'ils peuvent accepter des échantillons pendant la fin de semaine.
  2. Déterminer le but de l'échantillonnage
    1. Pour supporter une activité d'inspection
    2. Pour respecter les plans d'échantillonnage annuels de l'ACIA
    3. Pourévaluer l'exposition des personnes aux risques liés aux aliments, etc.
  3. Préparer la trousse d'inspection et le matériel supplémentaire ou l'équipement de protection requis. L'équipement et le matériel d'échantillonnage sont choisis en fonction de l'échantillonnage, la préparation, l'entreposage et le transport des échantillons et pour maintir l'état des échantillons. Trousse d'inspection pour la liste d'équipement (accès interne seulement – SGDDI 11293448) requis aux fins d'échantillonnage. Si plusieurs établissements sont visités en une journée, respecter la biosécurité et obtenir suffisamment de matériel pour chaque site. Prendre les mesures de biosécurité appropriées pour la préparation, le nettoyage et l'assainissement de l'équipement avant d'arriver sur les lieux de l'établissement réglementé (Voir l'annexe I des PIS : Biosécurité)
  4. Obtenir ou attribuer une série appropriée de numéros d'échantillon de laboratoire afin d'identifier chacun des échantillons. Veuillez vous référer  à la page Informations d'échantillonnage de l'ACIA (accès interne seulement) pour obtenir une orientation sur les numéros d'échantillon de laboratoire, comment procéder pour obtenir des numéros d'échantillons additionnels selon le plan d'échantillonnage et pour la procédure concernant les demandes spéciales d'échantillonnage.

6.3.2 Déterminer quels produits alimentaires doivent être échantillonnés

Choisir les produits à échantillonner en considérant les facteurs suivants :

6.3.3 Trouver et identifier le lot

Les lots sont habituellement distingués par des ruptures logiques dans la production (par exemple différentes sources de miel). Celles-ci ne doivent cependant pas dépasser un jour de production.

Chaque lot doit être préparé pour l'échantillonnage de manière à ce que les échantillons puissent être prélevés sans entraves. Si une partie du lot a déjà été distribuée, la quantité qui reste doit être considérée comme le lot d'échantillonnage.

Obtenir les renseignements suivant, le cas échéant :

6.3.4 Définir l'unité d'échantillonnage

Les unités d'échantillonnage peuvent comprendre ce qui suit :

Lorsqu'un lot est composé de produits préemballés, chaque emballage constitue une unité d'échantillonnage.

Si les tailles de contenants disponibles pour l'échantillonnage diffèrent de la taille requise des échantillons, il faut ajuster le nombre d'unités d'échantillonnage en conséquence. Par exemple, si la taille requise est d'une unité (500 g) et que seulement des contenants de 250 g sont disponibles, il faut prélever deux contenants du lot pour obtenir la taille de l'échantillon de 500 g exigé. Inversement, si seulement de grands contenants sont disponibles, le contenant entier peut servir d'échantillon; sinon, un échantillon de 500 g peut être prélevé de ce contenant . Si la taille d'échantillon requise exige des sous-échantillons, comme six unités de 250 g g, six unités de contenants différents doivent être utilisées pour l'échantillonnage, sans égard à la taille des contenants.

6.3.5 Prélèvement d'échantillons

6.3.6 Identifier et documenter l'unité d'échantillonnage

Prendre note des informations propres à l'échantillon prélevé,tel que l' emplacement du lot, le nombre d'échantillons prélevés, le numéro d'identification unique, le moment de l'échantillonnage, les codes de prélèvement.

S'assurer que tous les échantillons sont accompagnés d'un formulaire de soumission d'échantillons de produits alimentaires rempli dans l'application SIESAL. Inclure les renseignements suivants lorsqu'ils sont disponibles et pertinents :

Inclure toute autre information pertinente qui peut aider à l'analyse ou à l'interprétation des résultats, notamment :

6.4 Échantillonnage environnemental

L'échantillonnage environnemental pour analyse microbiologique permet de détecterla présence de pathogènes ou d'autres organismes sur l'équipement ou les surfaces en contact avec les aliments. La détection de microorganismes peut indiquer un mauvais assainissement ou des foyers de prolifération microbienne dans un établissement alimentaire. L'échantillonnage environnemental consiste en l'échantillonnage des surfaces qui entrent en contact avec les aliments et des surfaces qui n'entrent pas en contact avec les aliments.

La technique d'échantillonnage choisie dépend du type de zone où se déroule l'échantillonnage. Par exemple,l'écouvillonnage est préférable pour l'échantillonnage de matière, tandis que l'exposition d'une gélose nutritive à l'air ambiant permet de contrôler le niveau de contamination de l'air ambiant. Des détails sur différentes techniques d'échantillonnage figurent à l'annexe 6.

6.4.1 Se préparer pour l'échantillonnage

Suivre les étapes suivantes avant de procéder à l'échantillonnage :

  1. Obtenir une copie du programme d'échantillonnage environnemental de l'établissement.
  2. Obtenir un diagramme du processus décrivant le schéma de la circulation des employés et des produits dans l'usine
  3. Déterminer les sites d'échantillonnage et cibler les microorganismes à analyser et identifier les risques. Les sites d'échantillonnage peuvent comprendre les murs, les planchers, les drains, l'équipement, les surfaces qui entrent en contact avec les aliments, etc.
  4. Pour évaluer les conditions de nettoyage et d'assainissement dans l'installation, prévoir de prélever des échantillons environnementaux immédiatement après le nettoyage et l'assainissement, mais avant le début de la production
  5. Pour évaluer les conditions microbiologiques durant la production, prévoir de prélever des échantillons durant la production, habituellement trois heures après le début des opérations ou au milieu de la production lorsque cette dernière dure moins de trois heures
  6. Pour évaluer la pertinence de l'analyse des risques relatifs aux :
    • chaînes de production de produits prêts-à-manger (PAM) soumis à un traitement thermique, prévoir de commencer l'échantillonnage à l'étape de post-létalité
    • chaînes de production de produits PAM non soumis à un traitement thermique, prévoir de prélever les échantillons lorsque le produit est dans sa forme PAM finale. Par exemple pour le poisson fumé à froid, l'échantillonnage doit commencer à l'étape du fumage à froid; pour les sushis, l'échantillonnage doit commencer à l'étape où tous les ingrédients sont assemblés pour former les sushis
  7. Déterminer quelles chaînes présentent le risque le plus élevé et choisir le site de prélèvement (surfaces qui entrent en contact avec les aliments seulement) dans les aires de transformation post-létalité de l'établissement où la probabilité de contamination est la plus élevée.
  8. Assembler la trousse d'inspection en incluant un nombre suffisant d'écouvillons.

6.4.2 Choix des sites d'échantillonnage des surfaces en contact avec les aliments (SCA)

  1. Avant de commencer l'échantillonnage, examiner la chaîne de production afin de déterminer les sites à échantillonner
  2. Choisir des sites où la probabilité de contamination croisée est la plus élevée ou la plus à risque. Les surfaces suggérées avec lesquelles les aliments entrent en contact sont les suivantes :
    • Trancheuses, cubeuses, déchiqueteuses, etc.
    • Chariots et supports
    • Moules à fromage
    • Lames de trancheuses
    • Tables d'emballage, transporteurs à courroie
    • Balances (utilisées pour peser les produits PAM avant qu'ils soient emballés)
    • Tables de coupe
    • Ustensiles (couteaux, plateaux)
    • Équipement d'emballage (emballage sous vide, etc.), matériel d'emballage
    • Gants et mains d'employés, tabliers
      • notez qu'il est recommandé d'écouvillonner de façon aléatoire aux moins deux employés travaillant sur place si ces sites sont choisis
  3. Choisir une (1) chaîne de production précise en commençant par la chaîne la plus à risque telle que les chaînes qui servent à l'emballage des fromages de catégorie 1, ou aux opérations de déchiquetage, de tranchage et de mise en cubes qui sont liées à un risque de contamination supérieur post-transformation.
  4. Déterminer quelle méthode d'échantillonnage environnemental est la plus appropriée (voir annexe 6) pour les sites d'écouvillonnage choisis.
  5. Idéalement, choisir dix sites (minimum 5) de surfaces de contact alimentaires . Le nombre de sites d'échantillonnage varie selon la complexité du système de transformation ou de la chaîne d'emballage.
  6. Les surfaces doivent faire l'objet d'un écouvillonnage après le début des opérations (il est recommandé de procéder deux à trois heures après le début de la production transformation).

6.4.3 Échantillonnage de résidus séchés ou accumulés

Outre l'échantillonnage des surfaces, il peut y avoir des traces de résidus séchés ou accumulés sur les chaînes de transformation. La taille de l'échantillon de ces résidus sera déterminée en fonction de l'analyse requise ou, de la quantité d'échantillons disponibles.

  1. Déterminer le site environnemental pour l'échantillonnage
  2. Déterminer quels équipements et outils stériles sont requis pour prélever les échantillons (racloirs, balais, pinces, pinces à dissection, cuillères, etc.)
  3. Se laver et se sécher les mains
  4. Enfiler des gants stériles
  5. Prélever, de manière aseptique, l'échantillon au moyen d'instruments stériles et les placer dans un sac ou un contenant stérilisé
  6. L'étiquette de l'échantillon doit contenir toute l'information nécessaire : endroit, conditions du prélèvement, etc.
  7. Pour prélever des échantillons sur des surfaces intérieures d'un grand appareil (par exemple séchoir à lait), l'inspecteur doit être entièrement revêtu de vêtements stériles (par exemple filet à cheveux et à barbe, salopettes et couvre-chaussures jetables
  8. Changer d'outils (par exemple pinces) et de gants stériles après chaque prélèvement d'échantillon environnemental

6.5 Échantillonnage d'eau et de glace

Les échantillons d'eau sont prélevés afin d'évaluer la qualité de la source d'eau et les caractéristiques de l'eau utilisée comme ingrédient et/ou dans la transformation/ nettoyage.

La quantité et la taille de l'échantillon sont indiquées dans le plan d'échantillonnage et sont établies en fonction du type d'analyse effectuée en laboratoire.

6.5.1 Principes généraux en matière d'échantillonnage de l'eau

6.5.2 Source d'eau courante

Prélever l'échantillon d'une sortie d'eau dans l'installation. Ne pas utiliser une prise d'eau, un tuyau ou un robinet situé à l'extérieur du bâtiment. Ne pas prélever l'échantillon à partir d'un robinet qui est de toute évidence contaminé.

  1. Demander à l'établissement de retirer les aérateurs ou autres appareils de la prise servant à prélever l'échantillon. Ces appareils peuvent être très contaminés et ils peuvent modifier le résultat tiré de l'échantillon d'eau
  2. Désinfecter l'embout du robinet avec des lingettes imbibées d'alcool
  3. Faire couler l'eau froide pendant deux ou trois minutes au moins
  4. Ajuster le débit de l'eau pour assurer qu'il n'y ait pas d'éclaboussures
  5. Remplir le contenant jusqu'à la ligne de remplissage ou à 6-7 mm (1/4 po) du haut. Le contenant d'échantillonnage ne doit pas être trop plein. Si le contenant d'échantillonnage est trop rempli par accident, le jeter et en utiliser un nouveau.

6.5.3 Glace

Un échantillon, composé de dix unités d'échantillonnage prélevées de façon aléatoire dans chaque lot, doit être prélevé. Chaque unité doit contenir au moins 100 ml ou 100 g. Lorsque c'est possible, recueillir de la glace préemballée; ne pas ouvrir l'emballage. Placer chaque unité prélevée dans un contenant stérile distinct. Ne pas laisser les unités d'échantillonnage de glace préemballée fondre durant l'expédition.

6.6 Transport et entreposage

Les échantillons doivent être transporté et entreposé de manière à ne pas créer de conditions qui pourraient altérer les résultats. Par exemple,pour les contrôles microbiologiques des produits réfrigérés, il est obligatoire d'utiliser un contenant stérile et refroidi.

Transporter les échantillons dans des contenants propres et secs offrant une protection suffisante contre la contamination externe et une protection contre les dommages durant le transport. Les échantillons réfrigérés ou congelés doivent être transportés dans des contenants isolés renfermant une quantité suffisante de blocs réfrigérants ou de glace sèche pour maintenir l'intégrité des échantillons et les mêmes conditions que celles dans lesquelles ils ont été prélevés.

Si les échantillons ne sont pas expédiés immédiatement, les entreposer dans un endroit sûr au bureau. Garder les échantillons congelés dans un congélateur (- 18 °C), les échantillons réfrigérés à une température appropriée ( 0 à 4 °C) et les produits qui ne requièrent pas de réfrigération à température ambiante.

6.7 Expédition

  1. Communiquer avec le laboratoire pour prendre des dispositions avec la personne qui recevra les échantillons avant d'expédier ces derniers
  2. Choisir des glacières et des contenants d'expédition qui conviennent à la taille des échantillons et au nombre d'échantillons envoyés et qui sont secs, étanches et refermables.
  3. Dans le cas des échantillons dont la température doit être surveillée pour en assurer l'intégrité, mesurer la température de l'échantillon avant d'emballer les unités dans le contenant d'expédition et l'inscrire sur le formulaire de soumission d'échantillon.
  4. Remplir le formulaire de soumission d'échantillon du SIESAL et l'insérer dans un sac de plastique pour empêcher qu'il soit endommagé puisle laisser dans la glacière/contenant d'expédition.
  5. Emballer les échantillons en les entassant bien afin d'éviter qu'ils se déplacent dans le contenant d'expédition, mais pas trop afin de ne pas en altérer l'état durant le transport. Pour bien protéger les échantillons, utiliser du papier propre, sec et déchiqueté, des morceaux de styromousse, du film à bulles d'air ou d'autres matériaux servant à l'emballage. Placer chaque bocal ou bouteille de verre dans un sac distinct afin de prévenir les blessures et les dommages si le verre se brise.
  6. Utiliser une quantité suffisante de matériaux réfrigérants comme des blocs réfrigérants pour veiller à maintenir la température appropriée jusqu'à l'arrivée au laboratoire.
    1. La température des produits congelés ne doit pas dépasser 0 °C
    2. La température des échantillons environnementaux ne doit pas être inférieure à 0 °C ou supérieure à 10 °C
  7. Faire en sorte que les matériaux réfrigérants ne touchent pas directement les échantillons. Utiliser une couche de matériel d'emballage pour éviter le contact direct entre les échantillons et les matériaux réfrigérants afin d'empêcher les échantillons de geler.
  8. Dans le cas de très grandes glacières, il peut être nécessaire de placer des blocs réfrigérants sur les côtés ou entre les échantillons afin d'assurer une température adéquate et uniforme.
  9. Durant les mois chauds, placer les contenants d'expédition vides dans un congélateur assez longtemps pour bien les refroidir avant de les utiliser. Des blocs réfrigérants supplémentaires peuvent être requis pour maintenir la bonne température durant les périodes de temps chaud.
  10. Lorsque de la glace sèche est utilisée pour expédier des échantillons congelés, éviter de la placer directement en contact avec les échantillons. Utiliser suffisamment de glace sèche pour garder les produits congelés. Des conseils sur la façon d'utiliser la glace sèche se trouvent dans le document Transport d'échantillons d'aliments avec glace carbonique .
  11. Ne pas expédier différents types de produits ou d'échantillons pour analyses dans la même glacière ou le même contenant d'expédition.
  12. Si plus d'un contenant d'expédition est requis (en raison de la taille ou du poids des échantillons), indiquer clairement le numéro des contenants et le nombre total de contenants sur chaque boîte ou glacière, sur la lettre de transport par messagerie et sur le formulaire du Système informatisé pour l'enregistrement et le suivi des analyses de laboratoire (SIESAL).
  13. Avant de sceller le contenant de transport, s'assurer que tous les documents de soumission remplis sont à l'intérieur. Un exemplaire du formulaire du SIESAL doit être placé dans chaque contenant. Ranger les formulaires de soumission du SIESAL dans un sac de plastique pour les protéger contre l'humidité.
  14. Fermer hermétiquement les glacières et contenants de transport.
  15. S'assurer que les échantillons périssables sont bien marqués aux fins de manutention par le transporteur.
  16. Adresser l'expédition au personnel de laboratoire approprié et inclure le numéro de téléphone d'une personne-ressource si possible.
  17. Après la cueillette des échantillons par l'expéditeur, communiquer avec le laboratoire pour l'aviser que les échantillons sont maintenant en transit.
  18. Lui indiquer le moment d'arrivée estimé des échantillons et lui donner les coordonnées du transporteur. Si l'inspecteur n'arrive pas à communiquer avec le laboratoire ou si la livraison des échantillons microbiologiques ne peut être effectuée en moins de 24 heures, il doit songer à la possibilité de faire l'échantillonnage à un autre moment.

6.8 Résultats - analyse et interprétation

Le SIESAL produira l'un de quatre résultats possibles pour l'analyse d'échantillons : satisfaisant (S), insatisfaisant (U), investigatif (I) et pas de décision (ND). Il importe de se souvenir que l'évaluation des échantillons n'est pas directement liée à la conformité.

6.8.1 Échantillons évalué investigatif (I) ou insatisfaisant (U

Un échantillon qui est jugé investigatif ou insatisfaisant exige qu'une enquête soit faite afin d'évaluer les résultats et déterminer s'il y a infraction ou une préoccupation possible en matière de santé et de sécurité concernant le produit sur le marché. Consulter la procédure standard d'intervention réglementaireet tout autre document d'orientation propre aux secteurs des aliments ou des denrées qui aident à trouver des solutions et des stratégies quant aux interventions réglementaires. Pour obtenir des directives supplémentaires, consulter d'autres employés comme le coordonnateur des rappels, le superviseur de l'inspection ou le gestionnaire des inspections ou un employé désigné ou toute autre personne pouvant aider à résoudre la question. Le niveau de consultation peut varier selon le problème, et peut consister en un avis transmis par courriel une conférence téléphonique ou une rencontre.

Si le produit n'est plus contrôlé par la partie réglementée, une enquête sur la salubrité alimentaire peut être nécessaire pour assurer que tous les aspects du problème potentiel en matière de santé et de sécurité sont traités. Suivre les directives du Guide d'interventions en matière d'enquête sur les aliments.

Lorsqu'un problème potentiel en matière de santé et de sécurité est déterminé, lancer le processus d'intervention réglementaire afin de limiter l'exposition au risque potentiel pour la santé ou de prévenir d'autres infractions au RSAC, à la LSAC, au RAD et à la LAD.

Lorsqu'aucun risque potentiel lié à la santé et de sécurité n'est identifié ou qu'un rappel n'est pas justifié, d'autres mesures d'intervention réglementaire peuvent être nécessaires pour traiter des résultats d'échantillonnage insatisfaisant ou investigatif.

6.8.2 Échantillons jugés satisfaisants (S)

L'établissement devrait être avisé, mais aucune autre mesure n'est requise. Un rapport d'analyse (RA) externe du SIESAL peut être fourni à la partie réglementée si elle en fait la demande.

6.8.3 Échantillons pour lesquels aucune décision n'a été prise (ND)

Dans le cas des échantillons pour lesquels aucune décision n'a été prise, discuter des résultats avec le superviseur, l'agent de programme régional ou toute autre personne désignée pour qu'ils effectuent un examen au besoin.

7.0 Annexes

Pour toute question ou pour obtenir des précisions sur ce document, suivez les canaux de communication habituels de la région, incluant de soumettre un Formulaire électronique de demande de suivi (FEDS) - (accès interne seulement).

Annexe 1 - Échantillonnage officiel ou à des fins judiciaires

L'inspecteur peut procéder à un échantillonnage officiel ou requis à des fins judiciaires lorsqu'une action en justice est la mesure de suivi qui est prévue. Cette forme d'échantillonnage comporte des procédures de prélèvement, de présentation et d'analyse des échantillons plus complexes que celle de produits ordinaires. Afin de s'assurer de l'admissibilité des résultats d'analyse en cour, la procédure de l'échantillonnage officiel qui est énoncée à l'article A.01.050 du Règlement sur les aliments et drogues, doit être respectée à la lettre. Les inspecteurs doivent demander des conseils juridiques aux Services d'enquête et d'application de la loi (SEAL) de l'ACIA avant de commencer l'échantillonnage officiel. Il est important de communiquer à la personne-ressource la date d'arrivée des échantillons, leur nombre et les analyses à réaliser.

Coordonnées de la personne-ressource du laboratoire 

Consulter la personne-ressource du laboratoire désigné avant de prélever des échantillons officiels pour s'assurer que le laboratoire est capable de traiter les échantillons.

Numéro et taille des échantillons

Consulter le superviseur de l'inspection avant de prélever des échantillons officiels. De façon générale, pour les tests de matières étrangères, utiliser 24 contenants individuels d'un minimum de 250 grammes (g) ou millilitres (mL) par contenant. Pour toutes les autres analyses, prélever cinq sous-échantillons d'au moins 250 grammes ou millilitres chacun.

Prélèvement des échantillons

Consulter l'article A.01.050 du RAD pour obtenir les détails complets sur les exigences d'échantillonnage. Lors du prélèvement d'un échantillon d'un article, conformément à l'alinéa 23(1) a) de LAD, il faut aviser le propriétaire de l'article ou la personne de qui vous avez obtenu l'échantillon de l'intention de l'inspecteur de soumettre tout ou partie de l'échantillon à un analyste pour analyse ou examen et;

  1. Si l'inspecteur estime que la division de la quantité obtenue ne nuirait pas à l'analyse ou à l'examen, il faut obtenir une quantité suffisante du produit pour un échantillon en trois exemplaires et
    1. diviser la quantité prélevée en trois parties
    2. identifier les trois parties comme la partie du propriétaire, l'échantillon et le double de l'échantillon et, si une partie seulement porte l'étiquette, cette partie doit constituer l'échantillon
    3. sceller chaque partie de manière qu'elle ne puisse être ouverte sans briser le sceau
    4. remettre la partie identifiée comme la partie du propriétaire, au propriétaire ou à la personne chez qui l'échantillon a été prélevé et envoyer l'échantillon ainsi que le double à un analyste pour l'examen ou analyse
  2. Si l'inspecteur estime que la division de la quantité prélevée nuirait à l'analyse ou à l'examen, il faut
    1. identifier la quantité entière de l'échantillon;
    2. sceller l'échantillon de manière qu'il ne puisse être ouvert sans briser le sceau;
    3. envoyer l`échantillon à un analyste pour analyse ou examen.

Toujours prélever de façon aléatoire les sous-échantillons dans un même lot. Un représentant de l'industrie ne doit en aucun cas choisir les échantillons.

Identification des échantillons

Inscrire le numéro d'échantillon du produit alimentaire sur tous les contenants/emballages d'échantillons soumis au laboratoire. Veiller à ne pas masquer les parties importantes de l'étiquette, telles que la liste des ingrédients, les allégations, le nom et la marque du produit, le numéro du code du lot, etc.

Expédition

Sécurité

Documentation

Remplir le formulaire de soumission d'échantillon et inclure une copie signée du formulaire dans le colis.

Remplir le formulaire de Chaîne de possession (CFIA/ACIA 5428) et le fixer à l'extérieur du colis (afin de faciliter la signature du formulaire lors du transfert de l'échantillon).

Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter le document des Services d'enquête et d'application de la loi (SEAL) Considérations liées à la preuve - Échantillons.

Annexe 2 - Échantillonnage aux fins d'analyse chimique

Les unités d'échantillonnage aux fins d'analyse chimique ne doivent pas faire l'objet d'une adultération (comme être rincées avec de l'eau), ce qui pourrait modifier les résultats chimiques.

Consulter les Directives générales d'échantillonage - L'échantillonnage des aliments dans le cadre des programmes de surveillance et de contrôle des résidus.

Catégories d'analyses chimiques

Analyse des additifs et des composants

Les additifs sont des produits chimiques ajoutés à un produit durant la transformation afin de le préserver, d'en modifier la couleur, d'en modifier le goût ou d'en altérer les caractéristiques. Les méthodes d'incorporation de ces substances peuvent varier, ce qui influence la distribution de la substance dans le produit. Les substances faisant partie de cette catégorie sont le sulfite (agent de blanchiment), le benzoate (agent de conservation), le nitrite, la saccharine (édulcorant), etc.

Les analyses de composition sont utilisées pour évaluer et exprimer la valeur nutritive d'un aliment. Pour déterminer les valeurs de composition d'un produit alimentaire, la quantité (concentration, pourcentage) des ingrédients, des composants et des nutriments comme le gras, les protéines, le sodium, les sucres, l'humidité, etc. sont analysés.

Paramètres d'innocuité des produits et résidus de médicaments

Les paramètres d'innocuité des produits sont les barrières utilisés pour freiner la croissance bactérienne dans un produit et pour en prolonger la durée de conservation. Ces barrières peuvent être utilisées seules ou en combinaison pour empêcher la croissance de bactéries. Le sel, l'activité de l'eau et le pH sont compris dans cette catégorie.

Les résidus de médicaments sont les résidus résultant de l'application d'antibiotiques ou de substances similaires sur les animaux (bovins, poisson, abeilles, etc.) pour prévenir ou traiter les maladies. La tétracycline, le sulfamide et le chloramphénicol sont compris dans cette catégorie.

Contaminants chimiques

Les contaminants chimiques sont des substances présentes dans les produits alimentaires qui ont été contaminés par des contaminants présents dans l'environnement (allergènes, désinfectants, etc.). Les contaminants organiques sont concentrés dans la partie lipidique des aliments, tandis que les contaminants inorganiques sont distribués plus uniformément dans le tissu musculaire (protéines) ou dans la partie aqueuse des aliments (plomb et paraformaldéhyde, mercure, etc.).

Indicateurs chimiques

Les indicateurs chimiques (indicateurs de qualité) sont les substances produites lors des processus de décomposition qui se produisent dans les aliments. Des analyses chimiques sont souvent effectués pour corroborer les résultats des analyses sensorielles. Les indicateurs de qualité sont notamment l'histamine, l'indole et les bases volatiles totales-azote (TVBN), la patuline dans le jus de pomme, l'indice de peroxyde, etc.

Annexe 3 - Échantillonnage aux fins d'analyse microbiologique

Tous les échantillons doivent réfléter les conditions microbiologiques au moment de leur prélèvement. Afin de maintenir l'intégrité des échantillons, suivre les procédures ci-dessous.

Annexe 4 - Échantillonnage de matières étrangères

Les matières étrangères peuvent comprendre différents types de matières. Les matières préoccupantes sont celles qui peuvent être nocives en raison de leur taille ou de leur forme, ou parce qu'elles sont dures ou pointues. Des exemples de matières étrangères dangereuses sont les fragments de verre, les copeaux de bois, les matériaux d'isolation et les morceaux de métal ou de plastique pointus mesurant plus de 2 mm.

Pour aider à déterminer si la matière étrangère est dangereuse, des renseignements doivent être obtenus sur le type de matières utilisées dans l'installation, les antécédents d'entretien de l'installation, les plaintes de consommateurs et la preuve d'une falsification possible.

Lorsque les plaintes de consommateurs ou une preuve découlant de l'inspection indiquent une contamination par des matières étrangères potentiellement nocives, le produit peut devoir être retenu et des échantillons dirigés peuvent être pris. On recommande également de consulter le laboratoire. Voir le document intitulé Lignes directrices pour la propreté générale des aliments – aperçu pour obtenir de plus amples renseignements sur l'évaluation des risques et les paramètres d'acceptation du plan d'échantillonnage.

Annexe 5 - Échantillonnage aux fins d'analyse de rayonnements

Les rayonnements sont réglementés en vertu du Titre 26 du Règlement sur les aliments et drogues : L'industrie peut faire des soumissions/ demandes auprès de Santé Canada relativement à de nouvelles utilisations pour l'irradiation alimentaire. Santé Canada permettra de nouvelles façons d'utiliser l'irradiation alimentaire uniquement après une évaluation de l'innocuité et seulement les aliments énumérés peuvent être irradiés.

La liste actuelle des aliments qui peuvent être irradiés se trouve sur le site Web externe de l'ACIA : Irradiation des aliments.

Les aliments peuvent être exposés à un rayonnement ionisant à diverses fins dont les suivantes :

Annexe 6 - Méthodes d'échantillonnage environnemental

Échantillonnage des surfaces en contact avec les aliments : méthode d'écouvillonnage

Cette méthode est utilisée pour effectuer des prélèvements sur les surfaces mesurant jusqu'à un mètre carré (m2). Pour le prélèvement d'échantillons environnementaux de l'intérieur d'une grande pièce d'équipement (par exemple dessiccateur à lait), ne porter que des vêtements stériles (par exemple couvre-tête, couvre-poils faciaux, salopettes et couvre-chaussures jetables). Idéalement, une surface de 900 cm2 (30 x 30 cm ou l'équivalent) doit être écouvillonnée dans la mesure du possible.

  1. Se laver et se sécher les mains
  2. De façon aseptique, ouvrir le contenant (bocal ou sac) renfermant l'écouvillon stérile préhumidifié (Remarque : Chaque contenant ne doit contenir qu'un seul écouvillon, qu'une seule lingette ou qu'une seule éponge stérile préhumidifié)
  3. Enfiler des gants stériles
  4. De façon aseptique, retirer l'écouvillon stérile préhumidifié du contenant au moyen de gants ou d'une pince stérile.
  5. Écouvillonner les murs et les planchers (1 m2) avec un écouvillon stérile préhumidifié.
  6. Écouvillonner les petites surfaces en contact avec les aliments (100 cm2) avec des écouvillons ou des éponges à embout en tissu.
  7. Frotter l'écouvillon fermement et en profondeur sur la surface à échantillonner, sans le soulever, de haut en bas jusqu'à ce que toute la surface ciblée soit couverte (voir figure A)puis retourner ensuite l'écouvillon et le passer sur la surface de droite à gauche jusqu'à ce que toute la surface ciblée soit couverte. (voir figure B)
    Figure A : Mouvement de haut en bas.
    Figure A : Mouvement de haut en bas.
    Figure B : Mouvement de droite à gauche.
    Figure B : Mouvement de droite à gauche.

    Remarque

    Lorsque la surface en contact avec les aliments soumise à l'écouvillonnage est craquelée ou parsemée de trous préalablement percés, concentrer l'écouvillonnage sur ces fissures et crevasses pour cibler les niches bactérienne.

    Pour les surfaces difficiles à écouvillonner en raison de leur contour (par exemple transporteurs à courroie), il peut arriver qu'il soit impossible d'écouvillonner une zone définie selon la méthode mentionnée. Le cas échéant, écouvillonner la zone selon la même technique (de haut en bas et de gauche à droite) pour ensuite retourner l'écouvillon et le passer sur la zone en diagonale. Cela permet d'échantillonner tous les plans de la surface qui sont susceptibles d'entrer en contact avec les aliments (voir figure C).

    Figure C : Écouvillonnage des surfaces irrégulières – de haut en bas, de droite à gauche et en diagonale.
    Figure C : Écouvillonnage des surfaces irrégulières – de haut en bas, de droite à gauche et en diagonale.
  8. Mettre l'écouvillon dans un sac d'échantillon bien étiqueté. Faire en sorte que l'écouvillon ne touche pas à l'extérieur du sac.
  9. Sceller le sac en veillant à ne pas contaminer l'échantillon
  10. Placer le sac dans la boîte en styromousse
  11. Après l'écouvillonnage environnemental, assainir le site d'échantillonnage avec une solution d'éthanol à 70 % en vaporisateur (notez que certains établissements pourraient vouloir effectuer l'assainissement eux-mêmes après l'écouvillonnage de l'ACIA).
  12. Changer les pinces et gants stériles après le prélèvement de chaque échantillon environnemental
  13. L'emplacement du site, les conditions de ce dernier, etc. doivent être bien indiqués sur l'échantillon
  14. Placer l'échantillon dans le sac de transport ou la glacière contenant des blocs réfrigérants

Échantillonnage de surface de contact : méthode RODAC ( Replicate Organism Direct Agar Contact ) pour les surfaces planes et étanches

  1. Se laver et se sécher les mains
  2. Avec des gants stériles, ouvrir le sac contenant les boîtes RODAC et retirer seulement la boîte qui sera utilisée
  3. Enlever le couvercle de plastique et presser doucement la surface gélosée contre la surface échantillonnée
  4. Appliquer une pression uniforme à l'arrière de la boîte pour que la surface gélosée au complet entre en contact avec la zone échantillonnée
  5. Retirer la boîte RODAC de la surface échantillonnée et replacer le couvercle sur la boîte
  6. En utilisant une boîte RODAC différente chaque fois, répéter la procédure ci-dessus jusqu'à ce que toutes les surfaces environnementales soient échantillonnées
  7. Apposer immédiatement une étiquette indiquant les renseignements appropriés sur chaque boîte RODAC afin d'en établir la correspondance avec le formulaire de soumission d'échantillon. Les inscriptions doivent être lisibles et indélébiles
  8. Empiler les boîtes (environ 5 à 10) les unes sur les autres et bien les faire tenir ensemble avec du ruban à masquer
  9. Placer les boîtes RODAC empilées dans des sacs ou dans d'autres contenants convenables.
  10. Bien sceller le sac.
  11. L'échantillon doit être bien identifié, par exemple l'emplacement du site, les conditions, etc.
  12. Placer l'échantillon dans le sac de transport ou la glacière contenant des blocs réfrigérants.
  13. Avant de passer au prochain site d'échantillonnage, nettoyer la surface qui a été échantillonnée avec un linge humide stérile ou du désinfectant (par exemple de éthanol à 70 %).

Échantillonnage de surface de contact : méthode PetrifilmMC (utilisée pour l'échantillonnage des surfaces irrégulières)

  1. Se laver et se sécher les mains
  2. Enfiler des gants stériles puis ouvrir le sac qui contient les plaques PetrifilmMC.
  3. Prendre autant de plaques que nécessaire et les hydrater selon les directives du fabricant.
  4. Tirer sur la pellicule supérieure du PetrifilmMC pour la séparer de la pellicule inférieure (le gel devrait adhérer à la pellicule supérieure). Note : Il arrive parfois que le gel se divise et adhère à la fois aux pellicules inférieure et supérieure du PetrifilmMC, cela ne devrait pas avoir d'incidence sur le rendement du produit.
  5. Presser la pellicule supérieure sur la surface à analyser, non la pellicule inférieure.
    Remarque : Éviter les contacts entre la surface de culture et le carton inférieur de la plaque PetrifilmMC avec toute surface qui n'est pas à échantillonner, dont les mains.
  6. Avec les doigts, frotter fermement sur toute la surface extérieure de la pellicule PetrifilmMC recouverte de gel afin qu'elle soit bien en contact avec la surface à échantillonner
  7. Retirer la pellicule PetrifilmMC de la surface échantillonnée, puis la replacer contre la pellicule inférieure du PetrifilmMC
  8. Avant de passer au prochain site d'échantillonnage, nettoyer la surface qui a été échantillonnée avec un linge humide stérile ou du désinfectant (par exemple éthanol à 70 %)
  9. Étiqueter immédiatement chaque plaque PetrifilmMC en indiquant les renseignements appropriés afin que l'on puisse associer la boîte au formulaire de soumission des échantillons. Les inscriptions doivent être lisibles et indélébiles
  10. Ranger les plaques PetrifilmMC dans un sac et les manipuler avec soin
  11. Placer l'échantillon dans le sac de transport ou la glacière contenant des blocs réfrigérants

Annexe 7 - Procédure d'échantillonnage aléatoire

Une véritable sélection aléatoire de palettes et la sélection d'emballages individuels de chaque caisse peuvent être effectuées en utilisant un système de numéros de série et des tableaux de chiffres aléatoires ou un appareil comme un calculateur de statistiques ou un ordinateur pouvant générer des numéros aléatoires.La sélection aléatoire de caisses sur les palettes peut être effectuée au moyen d'un système de numérotation de lots et d'un générateur de nombres aléatoires.

1.0 Systèmes de numérotation : numérotation de lot en trois dimensions ou en série

On doit convenir d'un système de numérotation pour le lot avant d'obtenir les numéros aléatoires pour l'échantillon. Deux méthodes de numérotation d'un lot sont la « numérotation de lot en série » et la « numérotation en trois dimensions »

1.1 Numérotation de lot en série

Dans une disposition simple comme les emballages sur une tablette ou sur une ligne d'emballage, les emballages dans le lot peuvent être considérés comme numérotés de 1 à n, « n » étant le nombre total d'emballages. L'inspecteur n'est pas tenu d'inscrire des numéros sur les emballages, mais il doit connaître par cœur le numéro de chaque emballage. Les emballages peuvent être disposés de façon à ce que l'inspecteur comprenne bien le système de numérotation dans son esprit. Un simple croquis sur un morceau de papier peut aussi être utile.

Si les emballages sont placés dans une seule couche, ils peuvent se trouver ou être disposés en rangées ou en colonnes sur la tablette. Imaginer que les emballages sont numérotés de 1 à 15 de façon systématique, comme il est illustré :

Figure D : Un exemple d'une seule couche de paquets avec n = 15, disposés en colonnes et en lignes pour faciliter la numérotation.
Figure D : Un exemple d'une seule couche de paquets avec n = 15, disposés en colonnes et en lignes pour faciliter la numérotation.

S'il y a plus d'une couche d'emballages, prolonger la numérotation en série couche par couche. Dans cet exemple, la deuxième couche serait composée d'emballages numérotés de 16 à 30, la troisième couche d'emballages numérotés de 31 à 45, la quatrième d'emballages numérotés de 46 à 60 et ainsi de suite, comme il est illustré à la page suivante.

Uncontrolled copy2 when printed_fr
Figure E : Un exemple du système de numérotation de série où n = 60 et les paquets sont disposés dans colonnes, lignes et couches pour la facilité de numérotation.

L'inspecteur peut utiliser n'importe quel système de numérotation pour autant que chacun des emballages soit associé à un numéro. Dans le système à quatre couches mentionné précédemment, selon lequel le nombre total d'emballages est de 60, l'emballage numéro 39 se trouverait à la troisième couche du bas, deuxième rangée de l'avant, quatrième emballage à partir de gauche. Dans cet exemple, l'emballage est en gris et le numéro est en gras.

Obtention de numéros aléatoires pour l'échantillon

Une fois que des numéros (de 1 à n) ont été attribués à tous les emballages, il est nécessaire d'obtenir des numéros aléatoires correspondant au nombre total d'unités d'échantillonnage requises, comme suit :

  1. si le lot comprend 100 emballages ou moins, utiliser des numéros aléatoires à deux chiffres (noter que « 00 » est le 100e emballage)
  2. si le lot comprend plus de 100 emballages, mais pas plus de 1 000, utiliser des numéros aléatoires à trois chiffres (noter que « 000 » est le 1 000e emballage)
  3. au moyen d'un générateur de nombres aléatoires (par exemple un tableau de numéros d'échantillon aléatoires, un calculateur de statistiques ou un ordinateur), enregistrer des numéros aléatoires qui sont inférieurs ou égaux au nombre total d'emballages dans le lot
  4. continuer à enregistrer des numéros aléatoires jusqu'à ce qu'il y en ait assez pour le nombre d'échantillons prélevés
  5. réorganiser les numéros aléatoires en ordre ascendant afin de faciliter la sélection des échantillons

Par exemple, 5 unités d'échantillonnage doivent être prélevées d'un lot comprenant 60 emballages. Au moyen d'un tableau de numéros d'échantillonnage aléatoires à deux chiffres , en commençant par le premier numéro dans le coin supérieur gauche du tableau de la page suivante et en allant de haut en bas, les numéros aléatoires suivants sont enregistrés : 20, 22, 45, 44, 16. Les unités d'échantillonnage correspondant aux numéros aléatoires ci-dessus doivent être prélevées.

1.2 Numérotation de lot en trois dimensions

Lorsqu'une pile importante d'emballages ou de caisses doit être numérotée, l'inspecteur peut utiliser un système de numérotation de lot en trois dimensions au moyen de la méthode « RUB » Right, (à droite) Up (en haut) et Back (en arrière).

Obtention de numéros aléatoires pour l'échantillon
  1. Choisir le coin inférieur gauche de la pile comme « point zéro » ou point de départ.
  2. Enregistrer le numéro des emballages dans le lot pour chacune des trois directions (à droite, en haut, en arrière). Par exemple, à la figure 2, il y a cinq emballages à droite, quatre emballages en haut et trois emballages en arrière (5 x 4 x 3). Dans le bas du tableau, dans les espaces appelés « Dimensions de la pile », enregistrer le nombre total d'unités dans chaque direction dans la pile. (Cela aidera à utiliser les numéros aléatoires générés, car les numéros plus élevés ne sont pas utilisables.)
  3. Au moyen du tableau des numéros d'échantillonnage aléatoires à deux chiffres fourni ci-dessous, commencer la génération de numéros aléatoires en utilisant chaque numéro aléatoire inférieur ou égal à la dimension indiquée dans le bas de la feuille de travail. Ensuite, enregistrer ces numéros aléatoires dans la deuxième colonne « à droite » de la feuille de travail.
  4. Lorsque la deuxième colonne de la feuille de travail est pleine, remplir la troisième colonne « en haut » puis la quatrième colonne « en arrière » au moyen de la même méthode.
  5. Si toutes les dimensions de la pile sont de 10 ou moins, utiliser un des chiffres des numéros aléatoires dans le tableau de numéros d'échantillonnage aléatoires. Si l'une des dimensions est supérieure à 10, mais inférieure à 100, utiliser le tableau des numéros d'échantillon aléatoires à deux chiffres pour générer les numéros aléatoires. Si une dimension est supérieure à 100, mais inférieure à 1 000, utiliser le tableau des numéros d'échantillon aléatoires à trois chiffres.

Par exemple, les dimensions des emballages empilés sont de 5 x 4 x 3 (60 emballages). Ci-dessous se trouve une « Feuille de travail pour la sélection des emballages » illustrant les cinq unités d'échantillonnage requises. Le premier emballage à échantillonner est à deux emballages à droite, trois emballages en haut, et trois emballages en arrière, à partir du point de départ (méthode « RUB »). Le cinquième emballage à échantillonner est un emballage à droite, deux emballages en haut et un emballage en arrière, à partir du point de départ.

Feuille de travail pour la sélection des emballages
Échantillons requis Emplacement des emballages (à droite) Emplacement des emballages (en haut) Emplacement des emballages (en arrière) Numéro de l'emballage correspondant
(Figure 2)
Échantillon 1 2 3 3 42
Échantillon 2 2 2 1 22
Échantillon 3 4 4 3 59
Échantillon 4 4 4 1 54
Échantillon 5 1 2 1 21
(Continuer si un échantillon plus grand est requis)
Dimensions de la pile 5 4 3 60
Exemple de tableau de numéros d'échantillonnage aléatoires à deux chiffres
premier chiffre deuxième chiffre troisième chiffre quatre chiffres cinq chiffres six chiffre sept chiffre huit chiffre neuf chiffre dix chiffre onze chiffre douze chiffre treize chiffre quatorze chiffre quinze chiffre seize chiffre dix-sept chiffre dix-huit chiffre dix-neuf chiffre vingt chiffre
20 17 42 28 23 17 59 66 38 61 02 10 86 10 51 55 92 52 44 25
74 49 04 49 03 04 10 33 53 70 11 54 48 63 94 60 94 49 57 38
94 70 49 31 38 67 23 42 29 65 40 88 78 71 37 18 48 64 06 51
22 15 78 15 69 84 35 52 32 54 15 12 54 02 01 37 38 37 12 93
93 29 12 18 27 30 30 55 91 87 50 57 58 51 49 36 12 53 96 40
45 04 77 97 36 14 99 45 52 95 69 85 03 83 51 87 85 56 22 37
44 91 99 49 89 39 94 60 48 49 06 77 64 72 59 26 08 51 25 57
16 23 91 02 19 96 47 59 89 65 27 84 30 92 63 37 26 24 23 66
04 50 65 04 65 65 82 42 70 51 55 04 61 47 88 83 99 34 82 37
32 70 17 72 03 61 66 26 24 71 22 77 88 33 17 78 08 92 73 49
03 64 59 07 42 95 81 39 06 41 20 81 92 34 51 90 39 08 21 42
62 49 00 90 67 86 93 48 31 83 19 07 67 68 49 03 27 47 52 03
61 00 95 86 98 36 14 03 48 88 51 07 33 40 06 86 33 76 68 57
89 03 90 49 28 74 21 04 09 96 60 45 22 03 52 80 01 79 33 81
01 72 33 85 52 40 60 07 06 71 89 27 14 29 55 24 85 79 31 96
27 56 49 79 34 34 32 22 60 53 91 17 33 26 44 70 93 14 99 70
49 05 74 48 10 55 35 25 24 28 20 22 35 66 66 34 26 35 91 23
49 74 37 25 97 26 33 94 42 23 01 28 59 58 92 69 03 66 73 82
20 26 22 43 88 08 18 85 08 12 47 65 65 63 56 07 97 85 56 79
48 87 77 96 43 39 76 93 08 79 22 18 54 55 93 75 97 26 90 77
08 72 87 46 75 73 00 11 27 07 5 20 30 85 22 21 04 67 19 13
95 97 98 62 17 27 31 42 64 71 46 22 32 75 19 32 20 99 94 85
37 99 57 31 70 40 46 55 46 12 24 32 36 74 69 20 72 10 95 93
05 79 58 37 85 33 75 18 88 71 23 44 54 28 00 48 96 23 66 45
55 85 63 42 00 79 91 22 29 01 41 39 51 40 36 65 26 11 78 32
67 28 96 25 68 36 24 72 03 85 49 24 05 69 64 86 08 19 91 21
85 86 94 78 32 59 51 82 86 43 73 84 45 60 89 57 06 87 08 15
40 10 60 09 05 88 78 44 63 13 58 25 37 11 17 47 75 62 52 21
94 55 89 48 90 80 77 80 26 89 87 44 23 74 66 20 20 19 26 52
11 63 77 77 23 20 33 62 62 19 29 03 94 15 56 37 14 09 47 16
64 00 26 04 54 55 38 57 94 62 68 40 26 04 24 25 03 61 01 20
50 94 13 23 78 41 60 58 10 60 88 46 30 21 45 98 70 96 36 89
66 98 37 96 44 13 45 05 34 59 75 85 48 97 27 19 17 85 48 51
66 91 42 83 60 77 90 91 60 90 79 62 57 66 72 28 08 70 96 03
33 58 12 18 02 07 19 40 21 29 39 45 90 42 58 84 85 43 95 67
52 49 40 16 72 40 73 05 50 90 02 04 98 24 05 30 27 25 20 88
74 98 93 99 78 30 79 47 96 92 45 58 40 37 89 76 84 41 74 68
50 26 54 30 01 88 69 57 54 45 69 88 23 21 05 69 93 44 05 32
49 46 61 89 33 79 96 84 28 34 19 35 28 73 39 59 56 34 97 07
16 65 13 44 78 39 73 88 62 03 36 00 25 96 86 76 67 90 21 68
64 17 47 67 87 59 81 40 72 61 14 10 28 28 55 86 23 38 16 15
18 43 97 37 68 97 56 56 57 95 01 88 11 89 48 07 42 60 11 92
65 58 60 87 51 09 96 61 15 53 66 81 66 88 44 75 37 01 28 88
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :