Sélection de la langue

Recherche

Archivée - Information aux restaurateurs et aux exploitants de services alimentaires - Le kamaboko

Cette page a été archivée

Cette page a été archivée en raison de l'entrée en vigueur du Règlement sur la salubrité des aliments au Canada. L'information archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de dossiers. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada, et n'a pas été modifiée ni mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir l'information à jour, visitez la page Aliments.

On appelle kamoboko les aliments transformés faits de pâte de chair de poisson cuite, assaisonnée, façonnée et colorée qui imitent d'autres produits de la mer. Ces produits peuvent ressembler de très près à des produits de la mer plus chers, comme les pattes de crabe, les crevettes et les pétoncles.

Puisque le kamaboko coûte généralement moins cher que les produits qu'il imite, vous devez vous assurer au moment d'en servir que le client sait à quoi s'attendre. Le kamoboko ne doit pas porter le nom de l'aliment auquel il ressemble. Par exemple, lorsque vous servez du kamoboko qui imite des pinces de crabe, vous devez l'annoncer dans votre menu sous le nom « imitation de pinces de crabe » ou « simili-pinces de crabe » pour bien montrer que l'aliment servi n'est qu'une imitation et non pas de véritables pinces de crabe.

Vous devez aussi annoncer correctement des mets qui contiennent du kamoboko. Par exemple, une salade qui contient de la chair de crabe à 100 % peut être appelée « salade de crabe », mais si elle contient à la fois de la chair de crabe et de la simili-chair de crabe, elle doit être appelée autrement, peut-être « salade de crabe et de simili-chair de crabe ». Lorsqu'elle ne contient que de la simili-chair de crabe, elle peut être dite « salade de simili-crabe » pour bien montrer qu'elle ne contient aucune vraie chair de crabe.

Le kamoboko peut présenter d'autres problèmes du fait que des gens sont allergiques au poisson mais non à d'autres produits de la mer. Lorsque ces gens commandent un plat qu'ils croient être fait de pinces de crabe, mais qui contient en réalité du kamaboko, ils sont susceptibles de devenir gravement malades. L'ACIA a reçu des plaintes de clients de restaurants qui sont devenus malades après avoir consommé du kamaboko qu'ils pensaient être de véritables fruits de mer.

Si vous servez du kamoboko et que vous ne savez pas quel nom lui donner, vous pouvez regarder l'étiquette du contenant dans lequel vous l'avez reçu et qui doit clairement décrire le produit.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :