Sélection de la langue

Recherche

Normes pour l'examen et l'inspection ante mortem

Bien que le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC) soit entré en vigueur le 15 janvier 2019, certaines exigences peuvent s'appliquer en 2020 et 2021, selon le produit alimentaire, le type d'activité et la taille de l'entreprise. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les échéances pour le RSAC.

Justification

L'animal pour alimentation humaine est l'intrant de base pour la production de produits de viande. Vous êtes tenu de déterminer les dangers biologiques, chimiques et physiques qui présentent un risque de contamination des aliments. Chaque animal pour alimentation humaine présente son propre niveau de danger selon, par exemple, son état de santé et son niveau de propreté, et ceci affecte la salubrité et l'acceptabilité de la viande qui y en proviendra. En identifiant lors de l'examen ante mortem les dangers ainsi que les éléments qui peuvent soulever une préoccupation du bien-être animal, des mesures de contrôle spécifiques peuvent être mises en place, lorsqu'applicables, afin de réduire tout risques potentiels. On peut augmenter l'efficacité de la gestion de certains dangers lorsque l'information convenable concernant l'exposition à des dangers durant l'élevage est transférée à l'exploitant de l'abattoir.

Étant donné que les animaux pour alimentation humaine sont des êtres vivants et que leur état de santé peut évoluer, un examen (tri) ante mortem doit être effectué dans les 24 heures précédant l'abattage de l'animal pour alimentation humaine.

De plus, si des anomalies au niveau de la physiologie, du comportement ou de l'apparence sont détectées, les animaux doivent être envoyés à l'inspecteur vétérinaire pour une inspection détaillée et un jugement professionnel.

Un employé désigné de l'ACIA doit aussi évaluer tous les animaux pour alimentation humaine, autre que le gibier, dans les 24 heures précédant l'abattage, afin d'assurer qu'ils sont convenables pour l'abattage. La vérification des résultats de votre examen ante mortem, leur propre inspection de l'animal pour alimentation humaine, ou d'un échantillon d'un envoi d'animaux pour alimentation humaine, le cas échéant, ainsi que leur inspection du Document d'Information concernant l'animal pour alimentation humaine (DIAA) respectif, le cas échéant, lui fournit les informations nécessaires pour établir si l'animal est convenable pour l'abattage. Si l'employé de L'ACIA n'est pas un inspecteur vétérinaire et qu'il détecte une anomalie à l'inspection ante mortem, l'animal ou l'envoi doit être envoyé à l'inspecteur vétérinaire pour une inspection détaillée et un jugement professionnel.

Ce que cela signifie pour votre entreprise alimentaire

Pour vous aider à comprendre ces exigences, des critères précis et des exemples sont décrits ci-dessous. Les exemples ne sont pas exhaustifs, mais ils illustrent le but des exigences et donnent une idée des mesures que vous pourriez prendre pour les respecter. Certains termes clés avec hyperliens renvoient au Glossaire du RSAC.

Examen ante mortem et évaluation du Document d'Information concernant l'animal pour alimentation humaine : 138, 165

Présentation pour l'inspection ante mortem, documents ante mortem: 139, 166

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :