Sélection de la langue

Recherche

Fiche de renseignements sur l'anémie infectieuse du saumon

Ce que nous savons sur la maladie

  • les éclosions surviennent lorsque la température de l'eau se situe entre 3 °C et 15 °C
  • une éclosion d'AIS ne touche pas tous les poissons de l'installation en même temps
  • le retrait des poissons atteints de l'établissement arrête ou ralentit considérablement la progression de l'éclosion
  • le virus de l'AIS ne survit pas longtemps dans l'eau de mer naturelle, seulement pendant quelques heures
  • la plupart des saumons du Pacifique et des truites arc-en-ciel sont résistants à l'AIS

Ce que nous aimerions savoir sur la maladie

  • quels sont les gènes du virus qui provoquent la maladie afin que nous puissions prédire à quel moment une grave éclosion est susceptible de survenir
  • quels sont les gènes du virus qui peuvent être utilisés de manière fiable pour suivre la propagation de l'infection ou de l'éclosion
  • quels sont les gènes du virus qui provoquent l'infection des poissons afin qu'un vaccin contre l'infection puisse être mis au point
  • quelle est la capacité de mutation du virus de l'AIS, pour passer d'une importance nulle ou faible à une importance élevée, et les facteurs qui augmentent ou diminuent cette capacité
  • quelle est la durée de survie du virus de l'AIS dans l'eau douce naturelle
  • quelle est la vulnérabilité du saumon rose à l'infection par le virus de l'AIS et au développement de la maladie
  • quelles sont les populations de poisson sauvages qui servent de réservoirs du virus de l'AIS pour les poissons d'élevage partageant le même habitat

L'anémie infectieuse du saumon (AIS) est une maladie des poissons causée par un virus de la famille des Orthomyxoviridae.

L'AIS n'infecte pas les humains et ne pose aucun risque pour la salubrité des aliments.

Une étude menée par l'Union européenne en 2000 a conclu que l'AIS ne peut pas être transmise aux humains par des animaux vivants ou morts.

L'AIS est une maladie à déclaration obligatoire au Canada. Si vous possédez ou manipulez des poissons dans le cadre de votre travail et que vous soupçonnez ou détectez la présence de l'AIS, vous devez aviser l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Voici comment procéder :

Anémie infectieuse du saumon au Canada

L'AIS a été détectée pour la première fois chez le saumon de l'Atlantique d'élevage au Nouveau-Brunswick en 1996. Depuis lors, le virus a également été détecté chez le saumon de l'Atlantique d'élevage en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador.

L'AIS a été détectée chez le saumon sauvage au Québec mais la maladie n'est pas apparue dans le reste du Canada, y compris le bassin versant de l'océan Pacifique en Colombie-Britannique.

La page Web Déclarations par province et zone marine fournit des renseignements sur les endroits où l'AIS s'est manifestée au Canada.

La page Web Maladies des animaux aquatiques à déclaration obligatoire au Canada énumère les cas d'AIS que nous avons confirmés au Canada.

Espèces de poissons qui peuvent être infectées

Les espèces de poissons qui peuvent être infectées par le virus de l'AIS sont les suivantes :

Une souche génétique de truite arc-en-ciel a été infectée expérimentalement par l'AIS. Cette souche de truite n'est pas naturellement présente au Canada et ne fait pas l'objet d'élevage. L'AIS n'a pas été détectée chez la truite arc-en-ciel sauvage ou d'élevage au Canada.

Signes de l'anémie infectieuse du saumon

Seules certaines souches du virus provoquent la maladie et peuvent tuer les poissons. La plupart des souches du virus recensées dans la région de l'Atlantique n'entraînent pas la maladie ni la mort. Une souche en particulier ne provoque pas la maladie. Cette souche est décrite comme virus non pathogène de l'AIS. Vous pouvez également voir cette souche décrite comme le virus de l'AIS qui ne présentent pas de délétion dans la région hautement polymorphe (RHP) ou RHP0.

Ce ne sont pas toutes les souches du virus de l'AIS capables de causer la maladie (également qualifié de virus pathogène de l'AIS ou de virus de l'AIS qui présente des délétions dans la RHP) qui provoquent une maladie mortelle. Certaines souches ne provoquent aucune maladie évidente ou elles provoquent une légère augmentation de la maladie. Certaines souches provoquent une augmentation modérée de la maladie et, moins fréquemment, quelques souches provoquent une grave augmentation de la maladie.

Les éclosions d'AIS sont le plus souvent observées chez les saumons de l'Atlantique élevés dans l'eau de mer. Elles se produisent aussi parfois dans les écloseries de saumons de l'Atlantique en eau douce. La maladie a tendance à évoluer lentement, de sorte que le taux de mortalité est initialement faible et augmente au fil des semaines ou des mois.

Les poissons atteints peuvent présenter les signes extérieurs suivants :

Les poissons atteints peuvent présenter l'un des signes internes suivants :

Gestion de l'anémie infectieuse du saumon

Aucun traitement n'est actuellement disponible pour cette maladie, bien qu'un vaccin soit offert au Canada. Demandez à votre vétérinaire si ce vaccin peut être un outil efficace pour gérer cette maladie dans votre exploitation.

Le virus de l'AIS peut se propager aux poissons qui entrent en contact avec des excréments ou des sécrétions de mucus provenant de poissons infectés. Il peut également se propager par l'eau contaminée par le virus.

Les êtres humains peuvent également transmettre le virus à d'autres poissons en déplaçant des poissons infectés, qu'ils soient vivants ou morts, en utilisant de l'équipement, des véhicules et des navires contaminés, ou en utilisant ou déplaçant de l'eau contaminée.

Vous pouvez prévenir l'introduction du virus de l'AIS dans votre exploitation et empêcher la propagation du virus au sein de votre exploitation en adoptant certaines pratiques en matière de sécurité. Pour en savoir plus sur les pratiques que vous devez prendre en considération, veuillez consulter la page Web intitulée Biosécurité pour les animaux aquatiques. Demandez à votre vétérinaire quelles sont les pratiques les plus efficaces pour gérer cette maladie dans votre exploitation.

Dans les zones où l'AIS est présente, vous devrez peut-être également suivre des pratiques supplémentaires exigées par le programme de lutte contre l'AIS de votre province.

Intervention initiale de l'ACIA suite à une notification

Lorsque vous informez un vétérinaire-inspecteur de l'ACIA de la présence possible de l'AIS dans votre population de poissons, nous lançons une enquête, qui peut inclure une inspection de l'établissement.

Nous prendrons note de tous les renseignements pertinents que vous pourrez nous fournir, tels que les espèces touchées, les étapes du cycle de vie touchées, les signes de maladie chez les animaux, les antécédents de vaccination, la présence de toute autre maladie et la température de l'eau.

Par la même occasion, nous prélèverons des échantillons pour analyses de laboratoire dans l'un des trois Laboratoires nationaux pour la santé des animaux aquatiques du Canada.

Il se peut que nous imposions des mesures de contrôle des déplacements des animaux et de l'équipement, y compris les véhicules et les navires. Des mesures de contrôle des déplacements sont toujours immédiatement mises en place lorsque l'exploitation se situe dans une zone où l'AIS n'est réputée être pas présente.

Nous évaluons l'ensemble des renseignements recueillis et des résultats d'analyses pour confirmer la présence de l'AIS à l'exploitation.

L'Agence confirme également la présence de l'AIS chez les poissons sauvages. L'Agence reçoit des notifications du personnel provincial ou fédérale qui a enquêté sur un cas de décès de poissons sauvages.

Intervention de l'ACIA une fois que la présence de la maladie est confirmée

D'autres mesures d'intervention pour lutter contre la maladie permettront soit d'éradiquer l'AIS de l'établissement, soit de limiter la maladie sur le plan géographique. Les mesures d'intervention sont également déterminées en fonction du fait que l'exploitation est située dans une zone où la maladie est présente ou n'est pas réputée être présente. La page Web Enquête et intervention en cas de maladie des animaux aquatiques fournit des renseignements sur l'intervention de l'ACIA. Bien que chaque situation soit différente, les étapes à suivre lors d'une enquête et d'une intervention en cas de maladie sont souvent similaires.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :