Sélection de la langue

Recherche

Série vidéo – Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Prévenir l'introduction de la peste porcine africaine au Canada

Sur cette page

Partie 1 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Prévenir l'introduction de la peste porcine africaine au Canada

Partie 1 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Prévenir l'introduction de la peste porcine africaine au Canada - Transcription

Mise en contexte de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le travail de l'Agence est présenté en images, notamment une boîte de Pétri, des fraises, un plant en croissance, un poulet et une feuille d'érable.

Texte : L'ACIA – Préserver grâce à la science

Interlocuteur à l'écran : Dr Jaspinder Komal, vétérinaire en chef du Canada.

Bonjour, je suis le Dr Jaspinder Komal, vétérinaire en chef du Canada.

Depuis les derniers mois, l'Agence canadienne d'inspection des aliments surveille étroitement la transmission de la peste porcine africaine en Chine et dans certaines parties de l'Europe. Cette maladie est très grave, et pourrait avoir des répercussions majeures sur l'industrie porcine au Canada. C'est la raison pour laquelle nous sommes proactifs et nous travaillons en collaboration avec l'industrie et nos partenaires internationaux pour réduire le risque que la maladie entre en Amérique du Nord.

Je veux assurer les Canadiens que la peste porcine africaine n'est pas au Canada, qu'elle n'a jamais été au Canada, et que nous faisons tout en notre pouvoir pour réduire les risques qu'elle s'introduise au Canada.

Je veux aussi assurer les Canadiens que la peste porcine africaine ne présente aucun danger pour les humains. C'est une maladie qui touche les porcs, comme les cochons et les sangliers – tant sauvages que domestiques.

L'ACIA a en place des contrôles réglementaires d'importation stricts. Ces contrôles sont conçus pour prévenir l'entrée au Canada d'animaux et de produits et sous-produits d'origine animale de pays où des maladies préoccupantes ont été détectées, y compris la peste porcine africaine.

Il est important de savoir que nous avons tous un rôle à jouer dans la réduction des risques associés aux maladies animales.

Partie 2 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Vigilance accrue et biosécurité

Partie 2 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Vigilance accrue et biosécurité - Transcription

Mise en contexte de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le travail de l'Agence est présenté en images, notamment une boîte de Pétri, des fraises, un plant en croissance, un poulet et une feuille d'érable.

Texte : L'ACIA – Préserver grâce à la science

Texte : Vigilance accrue et biosécurité

Interlocuteur à l'écran : Dr Jaspinder Komal, vétérinaire en chef du Canada.

La biosécurité à la ferme est essentielle à la prévention du développement et de la propagation des maladies animales.

La peste porcine africaine se propage le plus communément d'un pays à l'autre par des actions humaines. C'est-à-dire que des producteurs agricoles nourrissent leurs cochons avec des restes de nourriture non cuite infectée du virus.

Même si le virus est sans danger pour les humains, dans les rares occasions qu'un aliment comporte même une simple trace du virus, il peut infecter les cochons si on leur donne cet aliment pour les nourrir.

C'est pour cette raison que vous devez soigneusement trouver de sources d'approvisionnement pour les animaux, les produits et les sous-produits, y compris les aliments pour animaux et les ingrédients utilisés pour les fabriquer.

Aussi, assurez-vous de prendre les précautions nécessaires afin que vos cochons n'entrent pas en contact avec des cochons, des porcs ou des sangliers sauvages, puisque la population de cochons sauvages peut aussi porter et transmettre la maladie en entrant en contact avec les animaux domestiques.

Si vous avez récemment voyagé dans un pays où existent des maladies animales graves, évitez tout contact avec les animaux pendant au moins 14 jours après votre retour au Canada. Ceci comprend le contact avec la faune et les animaux de la ferme et de zoos.

Partie 3 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Achat d'aliments destinés aux porcs

Partie 3 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Achat d'aliments destinés aux porcs - Transcription

Mise en contexte de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le travail de l'Agence est présenté en images, notamment une boîte de Pétri, des fraises, un plant en croissance, un poulet et une feuille d'érable.

Texte : L'ACIA – Préserver grâce à la science

Texte : Achat d'aliments destinés aux porcs

Interlocuteur à l'écran : Dr Jaspinder Komal, vétérinaire en chef du Canada.

On rappelle aux producteurs que lorsqu'ils achètent des aliments destinés aux porcs, y compris en ligne, ils doivent s'assurer que ce soit d'une source fiable.

Les considérations visant à réduire le risque de transmission virale par les ingrédients utilisés dans les aliments destinés aux porcs incluent le pays d'origine, la sélection du fournisseur et les meuneries.

La sélection des ingrédients utilisés dans les aliments destinés aux porcs à partir de sources régionales réduit le risque d'introduction d'une maladie animale exotique.

Demandez à vos meuneries et à vos fournisseurs d'ingrédients pour les aliments destinés aux porcs de sélectionner des sources qui sont de pays exempts de toute maladie animale exotique lorsque cela est possible, ou minimalement, qui se conforment aux normes connues d'assurance de la qualité.

Sélectionnez les meuneries qui font partie d'un programme reconnu de biosécurité, qui participent au programme ProQualité de l'Association de nutrition animale du Canada (ANAC) et qui suivent leur Guide national de biosécurité.

Partie 4 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Sensibilisation des voyageurs

Partie 4 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Sensibilisation des voyageurs - Transcription

Mise en contexte de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le travail de l'Agence est présenté en images, notamment une boîte de Pétri, des fraises, un plant en croissance, un poulet et une feuille d'érable.

Texte : L'ACIA – Préserver grâce à la science

Texte : Sensibilisation des voyageurs

Interlocuteur à l'écran : Dr Jaspinder Komal, vétérinaire en chef du Canada.

On rappelle aux voyageurs de déclarer tout produit d'origine animale et tout produit alimentaire à la frontière pour prévenir toute propagation de maladie. Prenez des précautions lorsque vous visitez des fermes et que vous voyagez en direction ou en provenance d'une zone infectée.

Ne rapportez jamais de produits de porc au Canada, peu importe qu'ils soient frais, congelés, transformés ou cuits.

Lavez tous les vêtements et chaussures que vous avez portés en voyageant dans un autre pays avant de revenir au Canada.

Si vous visitez une ferme ou des animaux, il est essentiel de déclarer votre visite en revenant au Canada.

Partie 5 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Mesures proactives de planification de la préparation

Partie 5 - Déclaration du vétérinaire en chef du Canada : Mesures proactives de planification de la préparation - Transcription

Mise en contexte de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le travail de l'Agence est présenté en images, notamment une boîte de Pétri, des fraises, un plant en croissance, un poulet et une feuille d'érable.

Texte : L'ACIA – Préserver grâce à la science

Texte : Mesures proactives de planification de la préparation

Interlocuteur à l'écran : Dr Jaspinder Komal, vétérinaire en chef du Canada.

L'ACIA adopte une approche proactive et collaborative pour prévenir l'introduction de la peste porcine africaine au Canada.

Voici quelques-unes des mesures proactives continues de l'ACIA :

  • L'ACIA a en place des restrictions concernant l'importation et un contrôle frontalier des produits introduits par les voyageurs internationaux afin de réduire au minimum les chances d'introduire le virus au Canada.
  • L'ACIA évalue les conditions d'importation basées sur l'évaluation des risques continue des pays desquels le Canada importe de la nourriture, des aliments destinés aux porcs ou des ingrédients utilisés dans ces aliments.
  • L'ACIA travaille avec les experts de l'industrie pour s'assurer qu'un soutien suffisant soit en place pour tout aspect d'un scénario d'éclosion de la maladie.
  • L'ACIA travaille avec l'Union européenne pour surveiller la situation dans les pays touchés et met à jour les contrôles d'importation au besoin.
  • L'ACIA établit des tests diagnostiques harmonisés pour la peste porcine africaine avec l'Australie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis et le Mexique.
  • L'ACIA transfère des technologies d'analyses aux laboratoires de notre réseau pour s'assurer que notre capacité soit suffisante au Canada, au besoin.
  • L'ACIA coordonne les efforts de communication avec les partenaires et les intervenants fédéraux, provinciaux et internationaux, y compris Agriculture et Agroalimentaire Canada, l'Agence des services frontaliers du Canada, les vétérinaires en chef, l'industrie et le département de l'Agriculture des États-Unis;
  • L'ACIA encourage des mesures de biosécurité améliorées, y compris des recommandations aux voyageurs, aux producteurs agricoles aux acheteurs d'aliments destinés aux porcs.

L'ACIA s'engage à protéger la santé et la sécurité de l'élevage au Canada, et continuera de fournir des mises à jour sur les risques et les mesures préventives en cours concernant la propagation de la peste porcine africaine.

Si vous voulez en savoir plus sur les activités de l'ACIA, ou savoir comment vous pouvez aider à prévenir l'introduction de la peste porcine africaine au Canada, veuillez visiter notre site Web à l'adresse : www.inspection.gc.ca.

Merci.

Date de modification :