Du raisin au vin, tout passe d'abord par la vigne!

Après une longue semaine à jongler avec la vie de famille, le travail et toutes ces autres choses avec lesquelles il faut composer, on comprend facilement pourquoi un verre de vin a si bon goût. La grande question est – Lequel Choisir?!? Il peut sembler que l'essentiel consiste à choisir le bon vin, mais on oublie facilement tout le travail nécessaire pour produire le raisin qui se retrouve en bouteille, sur les rayons, puis finalement dans notre verre.

Au Canada, l'industrie vinicole génère 1,2 milliard de dollars, et les exportations ont atteint 133 millions de dollars en 2016 (et connaissent une hausse rapide). Ça représente beaucoup de raisin! On ne s'en doute pas nécessairement, mais l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) joue un rôle considérable pour la protection de ce raisin. Le Centre de protection des végétaux de Sidney, l'un des 13 laboratoires de l'ACIA, est perché sur la côte de l'île de Vancouver. Ce laboratoire se trouve dans un décor de rêve, mais c'est son isolement des principales régions productrices qui est important, car il lui permet de prévenir les risques de dispersion des organismes pathogènes et des virus. De plus, la région offre un climat idéal pour la production d'une variété de plantes fruitières et de plantes ornementales. L'isolement du Centre en fait l'un des premiers arrêts pour certains végétaux qui entrent au Canada en provenance de plus de 30 pays, notamment les vignes. Lorsqu'une personne désire importer des vignes d'un pays d'où l'importation n'est pas encore autorisée, le processus débute au Centre de protection des végétaux, qui est responsable du seul programme de quarantaine post-entrée pour les vignes au Canada. Lorsque les vignes provenant de ces pays arrivent au Centre de protection des végétaux, l'équipe d'épreuves diagnostiques commence immédiatement le long processus de dépistage des virus menaçants tout en conservant ces végétaux selon des mesures de quarantaine rigoureuses. Après des essais préliminaires, il est parfois possible de déterminer si une vigne est porteuse d'un virus. Parfois, des essais poussés sont nécessaires. L'importateur peut demander que les vignes soient soumises à un programme d'élimination des virus. Les vignes subissent alors une thermothérapie et passent par un régime de culture de méristèmes apicaux. Une fois que le programme est terminé et qu'on peut établir que les vignes sont exemptes de virus et sûres, des boutures peuvent être mises en terre en sol canadien.

En parallèle de cette méthode de culture pour la détection des virus, les scientifiques de l'ACIA collaborent avec des partenaires en vue de mettre au point des outils de détection avancés fondés sur la génomique, qui permettront de mettre les vignes en circulation plus rapidement (jusqu'à 3 ans par rapport à quelques semaines). La mise au point et l'utilisation de ces outils est et continuera d'être une composante clé des activités scientifiques novatrices du Centre de protection des végétaux. La collaboration avec des scientifiques d'autres milieux, y compris les universités, d'autres organisations de recherche et les partenaires de l'industrie, joue un rôle important pour permettre au Centre de contribuer aux priorités et aux initiatives nationales. Ces nouveaux outils réduiront les coûts logistiques associés à l'importation de vignes au Canada.

Toutefois, le travail du Centre de Sidney ne se limite pas à cela : le Centre offre également divers services scientifiques qui permettent aux vignes canadiennes de bien pousser et à vos coupes de demeurer bien remplies! Une fois que les vignes sont passées par le programme d'élimination des virus, elles sont conservées dans la seule banque de vignes testées à l'égard des virus au Canada, qui se trouve au Centre de protection des végétaux de Sidney. Lorsqu'une vigne est acceptée, des boutures sont prélevées sur les sujets conservés dans la banque et remises à l'importateur, et de nombreuses plantes peuvent être produites à partir d'une seule bouture! En termes simples, les vignes exemptes de virus peuvent être clonées à répétition pour produire suffisamment de plantes pour créer un vignoble. Voilà! Une nouvelle variété de vigne pouvant être cultivée au Canada a vu le jour!

Le dévouement des employés du Centre se reflète dans la préservation des végétaux, notamment les plantes à petits fruits, les arbres fruitiers et les vignes. Leur passion pour leur travail permet aux vignerons canadiens de demeurer au sommet de leur art. Le Centre de protection des végétaux est essentiel au maintien de la santé des vignobles et à la croissance de l'industrie vinicole. Sans le travail quotidien du Centre, nous ne pourrions pas savourer ces vins parfaits produits ici au Canada. Alors, la prochaine fois que vous vous apprêtez à prendre une gorgée de vin canadien, rappelez-vous de lever votre verre au travail essentiel et passionné que les scientifiques du Centre de protection des végétaux de Sidney accomplissent dans l'ombre. Santé!

Souhaitez-vous en savoir plus?

Date de modification :